•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Livres : les grands oubliés des prix de 2018, selon Claudia Larochelle et Dominic Tardif

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Livres : les grands oubliés des prix de 2018, selon Claudia Larochelle et Dominic Tardif

Audio fil du mardi 18 décembre 2018
Une bougie allumée qui indique 30 ans et un livre rose.

Le roman « Trente », de Marie Darsigny

Photo : Les éditions du remue ménage

Au sein de la francophonie, il existe plusieurs prix et distinctions qui célèbrent la littérature d'ici et d'ailleurs : le Goncourt, le Renaudot, le Fémina, le Médicis, le Prix littéraires des collégiens, etc. Bien que la plupart des lauréats fassent l'unanimité, les journalistes Dominic Tardif et Claudia Larochelle y vont de leur propre liste de livres qui auraient dû gagner des prix en 2018.

Trente, (Nouvelle fenêtre) Marie Darsigny, Édition du remue-ménage, 17 septembre 2018
Résumé de l'éditeur : Trente, un nombre qui n’arrivera jamais et s’il arrive, je l’éviterai, comme j’ai une fois évité un chevreuil en conduisant sur la route, le chevreuil courait devant mon auto, à gauche il y avait la rivière et à droite il y avait le fossé, c’est beau la Montérégie, au lieu de choisir l’un ou l’autre il continuait d’avancer droit devant, puis il a fini par bondir vers le fossé. Moi j’aurais choisi l’eau et d’ailleurs, à chaque fois que j’empruntais ce chemin-là, ça me chicotait de savoir que juste un petit coup de volant pouvait m’envoyer dans la rivière, un jour on est en vie et un jour on ne l’est plus, c’est tout.

Ce livre m’a profondément ébranlée. C'est un récit très puissant d’une femme qui est convaincue qu’elle ne se rendra pas à 30 ans. [...] C’est frais, franc, déjanté, original... Il faut le lire!

Claudia Larochelle


Sous les branches de l’Udala (Nouvelle fenêtre), Chinelo Okparanta, Belfond, 1er octobre 2018
Résumé de l'éditeur : 1968. Le Nigeria et la jeune république du Biafra se déchirent, les conflits interethniques sont chaque jour plus meurtriers, la population sombre peu à peu dans le désespoir. Au cœur de cet océan de violence, la jeune Ijeoma tombe amoureuse d’Amina. La relation des deux adolescentes est rapidement découverte et tous, mères, pères, voisins, amis, se chargent de leur rappeler qu’aux yeux de Dieu et de la loi, leur amour est criminel.

Ce premier roman est réussi et presque parfait.

Dominic Tardif

La femme de valence (Nouvelle fenêtre), Annie Perreault, Alto, 12 mars 2018
Résumé de l'éditeur :
Espagne, été 2009. Pour Claire Halde et les siens, cela s’annonçait comme une villégiature tranquille : trois jours à Valence au milieu d’un été sans pluie, un hôtel avec piscine pour fuir la chaleur étouffante. Mais les voyages ne sont jamais sans histoire et le ciel n’est pas toujours bleu. Voilà qu’une femme en détresse s’avance sur le toit-terrasse du Valencia Palace. Elle confie son sac à Claire. Puis, elle disparaît.

Je lui aurais fait gagner plein de prix, à ce livre-là. [...] Elle tient une réflexion actuelle et essentielle.

Claudia Larochelle

La chasse aux autres (Nouvelle fenêtre), Thomas O. Saint-Pierre, Leméac, 29 août 2018
Résumé de l'éditeur : Édouard tombe amoureux par courriel d’une étudiante américaine qui a interviewé un blogueur misogyne, spécialiste de la drague, dont la vie s’avère être une sorte de performance artistique. Sur un coup de tête, Édouard quitte Montréal pour aller rejoindre la jeune femme à New York. Il prend le train comme on se jette à l’eau, sans en connaître la température ni la profondeur. Il en touchera le fond.

C'est un roman ambitieux sur l’amour.

Dominic Tardif


À propos du style de genette (Nouvelle fenêtre), David Turgeon, Le Quartanier, 1er octobre 2018
Résumé de l'éditeur : L'aventure de la pensée fait parfois le meilleur des romans d'aventures. Sous ses abords sévères, l'essai théorique est un genre littéraire comme un autre, avec ses figures, sa dramaturgie et ses effets de suspens. L'essai théorique, quand il travaille au mieux son style et son esprit, peut procurer le même inusable plaisir de lecture qu'une œuvre de fiction ou qu'un poème. 

Sa langue est toujours limpide et elle est réjouissante à lire.

Dominic Tardif

frankie et alex – black lake – super now, Maude Veilleux, roman virtuel offert ici (Nouvelle fenêtre)

Maude Veilleux pense la littérature en dehors des codes littéraires.

Dominic Tardif

//

Bonus : les choix de Simon Boulerice

La sagesse de l'ours, de Denise Brassard
La vie d'artiste, de Catherine Ocelot
Miley Cyrus et les malheureux du siècle, de Thomas O. Saint-Pierre

  (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi