Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 12 décembre 2018

« La montée de lait » de Manal Drissi : l'habit fait-il le moine?

Publié le

Elle sourit à la caméra.
La chroniqueuse Manal Drissi   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« On pourrait décrire ma garde-robe comme fifty shades of dark and functional. Et pendant que certains expriment leur personnalité à travers leur habillement, moi, je crains de faire un statement involontaire avec mon choix vestimentaire. Dans mes cauchemars, je ne suis pas nue sur scène, je suis en t-shirt et en Dr. Martens à l'Assemblée nationale. » La chroniqueuse Manal Drissi réagit au débat sur le code vestimentaire des élus provoqué par Catherine Dorion et Sol Zanetti, qui boudent la cravate et le tailleur.

Extrait de son monologue :

« Vous dire comme j’ai râlé au cours des dernières semaines en suivant le débat sur le décorum à l’Assemblée nationale. J’ai eu l’impression de revivre mon secondaire, passé à naviguer entre les élèves pavanant leur adhésion à un quelconque style vestimentaire, fiers comme des paons, et la direction qui court après les jupes et les bretelles avec son ruban à mesurer et ses règlements arbitraires et sexistes sur la décence; il y avait vraiment de quoi vouloir se réfugier sous un voile intégral. »

[...]

« Ce serait absurde d’établir un lien de causalité entre le port de la cravate et la corruption, mais qu’on se le dise, aucun magouilleur avec une moitié de cervelle ne va sacrifier la crédibilité que lui procure le décorum pour s’exprimer librement avec son linge.

Rien n’empêche une personne malhonnête de sévir en linge mou, mais ta stratégie est mieux d’être solide pour gagner la confiance d’investisseurs potentiels pour ta pyramide en étant vêtu d’un hoodie et de souliers de skate.

De la même façon, une jeune députée néophyte, poète à ses heures et membre de l’opposition, qui fait son entrée à l’Assemblée nationale en sacrifiant d’emblée la confiance procurée par le décorum, c’est quelqu’un qui croit suffisamment en ses compétences pour dire non à un starting kit de crédibilité. »

Chargement en cours