•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faits divers avec Steve Gagnon : goélands, hôtel de luxe et pepperoni

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Faits divers avec Steve Gagnon : goélands, hôtel de luxe et pepperoni

Audio fil du jeudi 25 octobre 2018
Image d'un goéland et d'un emballage de pepperoni

Les goélands adorent le pepperoni. Nick Burchill en a eu la preuve il y a 17 ans dans sa chambre d'hôtel, à Victoria.

Photo : Matt Cardy/Getty, chrisbrothers.ca

Le comédien et dramaturge Steve Gagnon va au-delà du fait divers en prenant une nouvelle insolite pour en faire un texte poétique. Cette semaine, il s'est inspiré de la nouvelle « Réadmis dans un hôtel de luxe 17 ans après un incident impliquant des goélands », un fait divers très ludique.

Extrait de son poème inspiré de la nouvelle « Réadmis dans un hôtel de luxe 17 ans après un incident impliquant des goélands »

« Amis oiseaux
assoyez bien vos culs sur la corniche
j’ai quelque chose de hot à vous dire

selon des sources sûres survolant le quartier Harris Green
une cargaison de pepperoni vient d’être aperçue dans une chambre au 22e étage du Fairmount Empress Victoria Hotel
le propriétaire des saucisses vient paraît-il de quitter l’hôtel
et croyez-moi, croyez-moi pas
il a laissé la fenêtre ouverte gros nono
la voie est libre

mes amis voilà un véritable cadeau des dieux
on a rien à faire à part de se bourrer la face
pour ceux qui n’ont jamais mis le bec sur c’te viande-là, laissez-moi vous dire que ça rien à voir avec les ti-hot-dog du kiosque à patate de la Government Street
aujourd’hui on a affaire à la crème de la crème
ce sont les pepperonis TNT de la maison Brothers de Halifax
c’est la Veuve Cliquot de la saucisse... »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi