Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 23 octobre 2018

L'imaginaire des enfants, avec Dominique Demers et Jean-François Chicoine

Publié le

Petite fille qui dessine sur un tableau
Petite fille qui dessine sur un tableau   Photo : Annie Blanchette

« L'imagination, c'est la meilleure façon de se retrouver avec quelqu'un lorsqu'on est seul [...]. Ça nous permet de ne pas avoir une pensée convergente, d'avoir de l'originalité, de la divergence dans nos opinions et d'avoir une meilleure compréhension des autres », croit le pédiatre Jean-François Chicoine. En compagnie de l'écrivaine Dominique Demers, il discute de l'importance de développer l'imaginaire chez les enfants.

Selon la revue britannique The Lancet Child and Adolescent Health, les enfants qui passent plus de deux heures par jour devant un écran ont de moins bonnes capacités cognitives que ceux dont l'exposition est plus limitée.

« Il y a de plus en plus d'écrans dans la vie de tout le monde. Ils sont confondus par plusieurs parents comme étant un espace imaginaire alors que ce sont plutôt des espaces virtuels qui existent déjà [contrairement aux espaces imaginaires qui sont à inventer] », explique le pédiatre Jean-François Chicoine, qui rebondit sur cette statistique.

L'imaginaire rend plus libre et plus puissant.

Dominique Demers

Dominique Demers ne blâme pas seulement les parents, mais aussi la société qui devrait laisser, selon elle, plus de place à l'imaginaire. « Pendant longtemps, on a voulu que les enfants ne développent pas leur imaginaire avec des livres plates, didactiques, évangélisateurs et moralisateurs », note-t-elle.

Elle croit, tout comme le Dr Chicoine, que les enfants qui n'ont pas développé leur imagination et qui sont surexposés aux écrans ont d'énormes difficultés avec la narrativité (l'aptitude à comprendre, à analyser et à inventer une histoire).

L'imagination permet un refuge quand on est triste, colérique, de développer le rire, et puis ça permet de ne pas faire comme les autres.

Jean-François Chicoine

Quelques suggestions de lectures sur le sujet :

Les mystères de Harris Burdick, Chris Van Allsburg, L’école des loisirs, 1984
Pouvoirs de l’imagination, Northrop Frye, HMH, 1969
Le secret de l’île des baleines, Téa Stilton, Glénat, 2012

Chargement en cours