•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Six romans à lire avant l'âge de 30 ans

Audio fil du mardi 2 octobre 2018
Ils sourient à la caméra.

Erika Soucy, Amadou Sadjo Barry et Dany Boudreault

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« C'est le propre de notre vingtaine : que notre cri soit entendu. On veut que nos luttes soient fécondes. [...] La vingtaine, c'est aussi le moment de se commettre », pense Dany Boudreault. En compagnie d'Amadou Sadjo Barry et d'Erika Soucy, il propose six livres à lire absolument avant l'âge de 30 ans.

1. Le monde s’effondre (Nouvelle fenêtre), Chinua Achebe, Présence Africaine, 1966, tr. Michel Ligny.
Résumé de l'éditeur : Dans le village ibo d'Umuofia, Okonkwo est un homme écouté dont la puissance et le courage sont vantés par tous, un fermier prospère qui veille sur ses trois épouses et sur ses huit enfants, un sage guerrier jouissant de la confiance des anciens. Son monde repose sur un équilibre cohérent de règles et de traditions, mais l'extérieur s'apprête à violer cette réalité qui semblait immuable : les missionnaires d'abord, les colons britanniques ensuite vont bouleverser irrémédiablement l'existence de tout un peuple.

Achebe questionne toute la question du rapport de l'individu avec sa culture.

Amadou Sadjo Barry

2. Les carnets du sous-sol (Nouvelle fenêtre), Fédor Dostoïevski, Actes Sud, 1992 tr. André Markowicz.
Résumé de l'éditeur : Réfugié dans son sous-sol, le personnage que met en scène Dostoïevski ne cesse de conspuer l’humaine condition pour prôner son droit à la liberté. Et il n’a de répit qu’il n’ait, dans son discours, humilié, diminué, vilipendé les amis de passage ou la maîtresse d’un soir.

Ce livre nous parle de toute la tension qu'il y a entre la raison et la passion.

Amadou Sadjo Barry

3. Just Kids (Nouvelle fenêtre), Patty Smith, Gallimard, 2010
Extrait du roman : « C'était l'été de la mort de Coltrane. L'été de "Crystal Ship". Les enfants fleurs levaient leurs bras vides et la Chine faisait exploser la bombe H. À Monterey, Jimi Hendrix mettait le feu à sa guitare. "Ode to Billie Joe" passait en boucle sur les grandes ondes. Des émeutes éclataient à Newark, Milwaukee et Detroit. C'était l'été d'Elvira Madigan, l'été de l'amour. Et dans cette atmosphère instable, inhospitalière, le hasard d'une rencontre a changé le cours de ma vie. C'est l'été où j'ai rencontré Robert Mapplethorpe. »

Ce qui est jouissif dans Just Kids, c'est que l'on assiste à une naissance artistique.

Dany Boudreault

4. Les cendres bleues (Nouvelle fenêtre), Jean-Paul Daoust, Écrits des Forges,1990
Extrait du receuil : J'ai été un enfant violé, Dans le plus beaux des paysages, Dans le carré de sable prince oublié, Là des cobras royaux sillonnaient mes cuisses,Le combat des enseignements, Pourtant j'aimais voir ce sexe content, De ma présence, Même si l'idée de l'amour m'était inconnue, Certains corps devraient se taire.... »

L'amour est partout. [...] C'est un chef-d'oeuvre.

Dany Boudreault

5. Manuel de poétique à l'intention des jeunes filles (Nouvelle fenêtre), Carole David, Herbes rouges, 2010
Résumé de l'éditeur : En lisant, en vivant, des images apparaissent et disparaissent; on entend des voix, on s'en remet à elles; certaines sont là depuis l'enfance et l'adolescence, d'autres ont surgi dans des moments de bonheur, mais aussi dans des moments où, désespéré, on cherche un ailleurs dans les mots. En lisant, en écrivant, icônes, études, méditations sont la somme personnelle de l'expérience de la lecture, de la possibilité de rêver et de se forger sa propre image du monde.

Ce livre déboulonne les icônes féminines pour mieux les célébrer.

Erika Soucy

6. Chemin Saint-Paul (Nouvelle fenêtre), Lise Tremblay, Boréal, 2015
Résumé de l'éditeur : Tandis qu’elle rend visite à sa mère à l’hôpital psychiatrique, une femme se remémore l’agonie et la mort de son père survenues un an plus tôt. Entre la chambre blanche, où elle se bute au silence de sa mère, et la chambre bleue, où elle a accompagné son père jusqu’à son dernier souffle, se déploie un espace que Lise Tremblay parcourt pour retracer la vie de ses parents. Leur enfance au chemin Saint-Paul, marquée par la misère et par la folie, puis leur vie, où chacun tentait d’échapper à d’anciennes blessures.

C'est écrit sans flafla, elle ne cherche pas à embellir les choses, elle nomme les [vraies] affaires, elle assume.

Erika Soucy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi