Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 25 septembre 2018

Querelle de Roberval, de Kevin Lambert : la sexualité comme arme politique

Publié le

Il sourit au micro.
L'écrivain Kevin Lambert   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« On ne lit pas souvent de sexe gai. [...] Je voulais le montrer, de manière un peu trash, crue, pour dire : voilà ce que ça peut être, voilà ce que c'est, pour tester la tolérance [du lecteur]. Est-il prêt à lire et à accepter ça? » Inspiré du roman Querelle de Brest, de Jean Genet, Kevin Lambert propose Querelle de Roberval, un roman social sur fond de grève. Son personnage principal, Querelle, ébranle les moeurs hétéronormatives d'une scierie du Lac; une revanche littéraire pour l'auteur originaire de Chicoutimi.

Les structures patriarcales et hétérosexistes qui commandent notre imaginaire sont encore très homophobes.

Kevin Lambert

Querelle de Roberval, Kevin Lambert, Héliotrope, 26 septembre
Résumé de l'éditeur : Les ouvriers et ouvrières de la scierie de Roberval sont en grève. Sous l’apparente cohésion de la lutte, on découvre rapidement les revendications plus personnelles de chacun. Ils partagent toutefois un même désir d’échapper à la misère et de se venger de leur boss, Brian Ferland. Alors que le conflit s’enlise, le lockout que décrète Ferland réveille en eux une rage enfouie. La folie s’empare des employé·e·s, qui rejoignent la ronde infernale du beau Querelle, héros de Jean Genet copié-collé dans ce décor québécois, élément de chaos, sable dans l’engrenage de la machine économique, hétérosexuelle et patriarcale. Tout est désormais permis. Ils cassent des bouteilles sur la plage, règlent leurs comptes à coups de batte de baseball. Et puis ils font pire, bien pire…

Chargement en cours