•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq livres à lire pour mieux comprendre la solitude, selon Cécile Van de Velde

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Cinq livres à lire pour mieux comprendre la solitude, selon Cécile Van de Velde

Audio fil du jeudi 20 septembre 2018
Une femme seule, assise sur un banc, observe l'horizon.

Une femme seule, assise sur un banc, observe l'horizon.

Photo : iStock

En 2016, une étude menée par Statistique Canada a recensé 14,1 millions de ménages au pays en 2016 composés principalement de personnes vivant seules et de couples sans enfants. Pour mieux comprendre ce phénomène, la professeure au Département de sociologie de l'Université de Montréal Cécile Van de Velde propose cinq livres qui explorent la solitude.

1- Heat Wave : A Social Autopsy of Disaster in Chicago (Nouvelle fenêtre), Eric Klinenberg, University of Chicago Press, 2002
Résumé de l'éditeur : As Klinenberg demonstrates in this incisive and gripping account of the contemporary urban condition, the widening cracks in the social foundations of American cities that the 1995 Chicago heat wave made visible have by no means subsided as the temperatures returned to normal. The forces that affected Chicago so disastrously remain in play in America’s cities, and we ignore them at our peril.

2- La solitude des mourants (Nouvelle fenêtre), Norbert Elias, Pocket, 2009. (Publication originale en allemand en 1982)
Résumé de l'éditeur : Jamais la mort n'a été aussi discrète, aussi hygiénique qu'elle l'est aujourd'hui, et jamais aussi solitaire. Si la dissimulation et le secret qui entouraient jadis le domaine sexuel se sont heureusement relâchés, les tabous sociaux se sont déplacés et singulièrement renforcés en ce qui concerne la mort. L'attitude pusillanime de refus et de gêne qui entoure aujourd'hui la fin d'un être humain est tout à fait comparable à celle qui prévalait dans le domaine sexuel à l'époque victorienne.

3- Une vie à soi : Nouvelles formes de solitude au féminin (Nouvelle fenêtre), Érika Flahault, Presses universitaires de Rennes, 2009
Résumé de l'éditeur : Qu'est-ce qu'une femme seule ? S'inscrivant en faux contre les discours dominants, Erika Flahault propose une étude de la situation des femmes vivant seules, à travers l'examen de la place qui leur est accordée dans nos sociétés et à travers l'analyse sociologique de récits de vie. Elle montre que la solitude résidentielle constitue un mode de vie à part entière et procède d'un choix actif dans certains cas. Contre les visions réductrices qui associent trop souvent le fait de vivre seule à un manque ou à un échec, elle dégage les aspects constructifs de ces nouvelles formes de solitude au féminin.

4- L’esprit de solitude (Nouvelle fenêtre), Jacqueline Kelen, Albin Michel, 2001
Résumé de l'éditeur : Pour la plupart des contemporains, la solitude est ressentie de façon négative : on la confond avec l'isolement, le manque, l'abandon. Et la société veille à empêcher que l'être humain ne se retrouve seul, face à lui-même. Or la solitude choisie est loin d'être un enfermement, une pauvreté : c'est un état d'heureuse plénitude. Non seulement parce qu'elle offre la clef de la vie intérieure et créative, mais parce qu'elle est disponibilité et chemin d'apprentissage de l'amour. Il n'est pas de liberté de l'individu sans ce recueillement de la pensée, sans cet ermitage du coeur...

5-Carnets de thèse (Nouvelle fenêtre), Tiphaine Rivière, Seuil, 2015. (Bande dessinée)
Résumé de l'éditeur : Quand une jeune enseignante quitte son collège de ZEP pour se lancer, euphorique, dans une thèse, elle n’imagine pas le chemin de croix sur lequel elle s’engage…Autour de Jeanne défile l’univers des thésards : le directeur de recherche charismatique, expert dans l’art d’esquiver les doctorants qui attendent fébrilement la lecture de leurs pavés ; la secrétaire usant de toute l’étendue de son pouvoir d’inertie dans le traitement des dossiers dont on l’accable ; les colloques soporifiques où sont livrés en pâture les aspirants chercheurs...

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi