•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Une histoire populaire du football</em> : plus qu'un sport, une lutte des classes

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Une histoire populaire du football : plus qu'un sport, une lutte des classes

Audio fil du mercredi 2 mai 2018
Le trophée de la Coupe du monde de la FIFA

Le trophée de la Coupe du monde de la FIFA

Photo : Getty Images / Paolo Bruno

« C'est une brique, mais une brique digeste, c'est fascinant », dit le journaliste sportif Robert Frosi au sujet du livre Une histoire populaire du football, de Mickaël Correia. En compagnie de l'analyste à RDS Patrick Leduc, il commente cet ouvrage qui remonte aux racines et explique l'importance sociale de ce sport célèbre.

Une histoire populaire du football, Mickaël Correia, La Découverte, avril 2018 (Nouvelle fenêtre)
Résumé de l'éditeur : De l’Angleterre à la Palestine, de l’Allemagne au Mexique, du Brésil à l’Égypte, de la France à l’Afrique du Sud, ce livre raconte une autre histoire du ballon rond, depuis ses origines jusqu’à nos jours. Le football ne se résume pas au foot-business : depuis plus d’un siècle, il a été un puissant instrument d’émancipation pour les ouvriers, les féministes, les militants anticolonialistes, les jeunes des quartiers populaires et les contestataires du monde entier.

L’auteur retrace le destin de celles et ceux qui, pratiquant ce sport populaire au quotidien, en professionnels ou en amateurs, ont trop longtemps été éclipsés par les équipes stars et les légendes dorées.

Prenant à contre-pied les clichés sur les supporters de foot, il raconte aussi l’étonnante histoire des contre-cultures footballistiques nées après la Seconde Guerre mondiale, des hooligans anglais jusqu’aux ultras qui ont joué un rôle central dans les printemps arabes de 2011. En proposant une histoire « par en bas », en s’attachant à donner la parole à tous les protagonistes de cette épopée, Mickaël Correia rappelle que le football peut être aussi généreux que subversif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi