Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 24 avril 2018

Faire du pain est un acte d’amour, selon Perrine Leblanc

Publié le

Casque d'écoute sur la tête et elle sourit au micro.
L'autrice Perrine Leblanc   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Faire à manger quand on est amoureux, c'est une manière d'être avec l'autre. Mon amoureux cuisine chaque soir depuis son retour de voyage. Je me dis que faire à manger, c'est peut-être l'une des plus belles formes que prend l'amour. » L'autrice Perrine Leblanc poursuit la tradition du segment « Conseils d'auteur » et donne une recette de pain, un aliment « qui réchauffe le cœur », selon elle.

Conseils d'auteur : extraits de Faire de pain

On n'a pas besoin de grand-chose pour faire du pain chez soi. Trois tasses de farine tout usage, une cuillère à thé de sel, un quart de cuillère à thé de levure instantanée et une tasse et demie d'eau chaude, une cocotte, un four et des mitaines de protection pour manipuler tout ce qui est brûlant. Il faut aussi avoir un peu la foi. Il faut croire à la toute-puissance de la levure et au pouvoir du gluten. Si vous avez envie de faire du pain, vous aussi vous allez vous battre avec votre pâton, vous allez surveiller le travail de la levure, vous voudrez trancher le pain encore mou qui sort du four, mais votre technique va se bonifier, et vous ferez du pain pour vos amis, vos voisins, votre famille. Faire du pain a changé ma vie l'hiver dernier.
[…]

J'avais toujours pensé que faire la cuisine, c'était une tâche de ménagère, une job d'une autre époque, un pensum pour les parents crevés après une journée de travail; de l'ouvrage après l'ouvrage. Cet hiver j'ai révisé mon jugement. Faire à manger, c'est du travail, mais si on a la chance d'être au moins deux, on nourrit aussi l'autre; beau temps mauvais temps, en cuisinant on va vers l'autre : un enfant, un amoureux, un parent, des amis, des clients, etc.
[…]

Quand on vit modestement, on chasse sa bouffe; on mange ce qu'on peut. Faire du pain, ça ne coûte pas cher, c'est satisfaisant et ça réchauffe un cœur en hiver. Faire à manger, quand on en a les moyens, et quand on est amoureux, c'est une façon d'être avec l'autre. En voyant mon amoureux cuisiner chaque soir depuis son retour de voyage, je me dis que faire à manger, c'est peut-être une des plus belles formes que prend l'amour. En tout cas, faire du pain, c'est une sorte de « je t'aime » à ma manière.

Perrine Leblanc

Chargement en cours