Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 24 avril 2018

Véronique Côté dénonce le suremballage au marché Jean-Talon

Publié le

L'auteure Véronique Côté
L'auteure Véronique Côté   Photo : Radio-Canada/Mathieu Arsenault

« Tu as bien beau être bio, veux-tu bien me dire quel est l'intérêt si tu emballes absolument tous tes légumes dans des sacs de plastique, toute la gang, sans exception? » se demande l'autrice et comédienne Véronique Côté. Pour « ses petites annonces », elle soulève le problème du suremballage des aliments biologiques au marché Jean-Talon.

Le manifeste de Véronique Côté :

Cher kiosque bio du marché Jean-Talon, toi, oui toi, le petit coincé entre les olives et le fleuriste, le seul ouvert à l’année, avec tes petites denrées qui viennent de trop loin, parfois fripées, mais toujours, toujours suremballées, là, il faut qu’on se dise des affaires. C’était le Jour de la Terre dimanche. Je ne sais pas pour toi, mais moi, je les ai toutes lus, les articles sur le fléau du plastique.

Des histoires comme « 8 milliards de tonnes de plastique ont été générées depuis les années 50 », et aussi « de cette masse, 42 % ont servi comme emballage ou en usage unique ». Et 42 % de 8 milliards de tonnes, j’ai calculé, ça fait 3,36 milliards de tonnes. Ça, c’est une fucking catastrophe.

Fait que là, mon cher kiosque, je ne le sais pas toi, mais moi, je file plus vraiment pour t’acheter quoi que ce soit si tu continues comme ça. Tu as ben beau être bio, veux-tu bien me dire quel est l’intérêt si tu emballes absolument tous tes légumes dans des sacs de plastique, toute la gang, sans exception, et pourquoi il n'y a pas moyen de t’acheter une orange à l’unité, et pourquoi tu préfères que tes piments jalapenos pourrissent légèrement dans leur petit cercueil de polymère indestructible plutôt que de les laisser vivre à l’air libre?

Là je parle de toi comme si tu étais le seul à faire des affaires de même, et tu vas sans doute me trouver injuste. Tu as raison, il n'y a vraiment pas juste toi, mais il y a juste toi qui vends des citrons bios au marché. Et moi, je mets du zeste dans tout. Fais que là, il va falloir qu’on change de méthode tout le monde, parce que ça ne peut plus continuer. Et ça, ça t’inclut, petit kiosque bio. Fini le plastique. Sérieux. Fini, fini. On le dit, on le fait. Pas de raison de t’ostiner. Je reviens te voir samedi, et je voudrais vraiment que ce soit réglé. Merci. 

Véronique Côté

Chargement en cours