Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 17 avril 2018

Les meilleures biographies sous forme de BD, selon Jean-Paul Eid

Publié le

Trois BD.
Palmarès BD   Photo : ***

« La BD permet aux lecteurs de percevoir des choses que le cinéma ou le roman ne pourraient montrer. Le côté graphique amène une chose qui ne pourrait pas être traduite autrement : une compréhension et une perception du point de vue de la personne dont on fait la bio. » Le bédéiste Jean-Paul Eid dresse une liste des meilleures biographies sous forme de BD.

Annie Sullivan et Helen Keller, Joseph Lambert, Éditions çà et là, 2013
Résumé de l'éditeur : Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, probablement des suites d’une méningite. Elle devient alors incapable de communiquer avec son entourage, sauf en faisant quelques gestes maladroits. À six ans, elle voit sa vie bouleversée : ses parents engagent Annie Sullivan comme gouvernante. Annie Sullivan, 20 ans, vient de finir ses études à l’Institut pour aveugles Perkins. Elle-même malvoyante, elle a appris à enseigner la langue des signes dans cet établissement précurseur. Elle prendra en charge l’éducation de Helen Keller, et au fil des mois, elle réussira non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais à lui apprendre le langage des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie.

C’est une biographie exceptionnelle.

Jean-Paul Eid
Un dessin de deux femmes assises sur un arbre.
« Annie Sullivan et Helen Keller », Joseph Lambert, Éditions Çà et là, 2013   Photo : Joseph Lambert

Kaspar, Obom, L’oie de cravan, 2007
Résumé de l'éditeur : Kaspar est l'adaptation en bande dessinée de la vie de Kaspar Hauser, célèbre adolescent retrouvé sur la place principale de Nuremberg au début du XIXe siècle après avoir passé les seize premières années de sa vie enfermé dans un cagibi, coupé du monde. Libéré avec en main une étrange lettre de recommandation, il a été pris en charge par la municipalité et confié à un tuteur pour être éduqué. Son apprentissage du monde donne lieu à plusieurs moments poétiques qu'Obom nous livre d'une ligne épurée en harmonie avec la vision totalement vierge de l'univers de Kaspar Hauser. De Verlaine à Werner Herzog, l'histoire tragique de Kaspar Hauser, assassiné en 1833 aussi mystérieusement qu'il était apparu, a inspiré de nombreux artistes au fil des siècles. L'univers naïf et touchant des bandes dessinées d'Obom convenait parfaitement au personnage.

L’orphelin de l’Europe [Kaspar] est une histoire énigmatique. Il faut souligner le travail fantastique d’Obom.

Jean-Paul Eid
Le dessin d'un enfant sur un cheval.
« Kaspar », Obom, L’oie de cravan, 2007   Photo : L'oie de Cravan

Les aventures d’Hergé, José-Louis Bocquet, Dargaud, 1999
Résumé de l'éditeur : Des années de scoutisme aux premières publications en passant par les découvertes artistiques et les rencontres avec Edgar P. Jacobs, Tchang Tchong-jen ou Andy Warhol, c'est tout un parcours qui est retracé dans cette biographie en bande dessinée d'Hergé, l'auteur légendaire des Aventures de Tintin. Les auteurs nous racontent, avec une maîtrise époustouflante de la ligne claire, une vie passionnante, faite de doutes et de certitudes, qui donna une oeuvre universelle. Une biographie non autorisée, mais dont chaque case montre le respect tant pour l'homme que pour l'oeuvre.

On n’est pas dans le pastiche, on est dans l’hommage. Une biographie non complaisante, mais respectueuse de l'artiste et de l’homme.

Jean-Paul Eid
Un dessin d'un homme qui traverse une rue bondée.
« Les aventures d’Hergé », José-Louis Bocquet, Dargaud, 1999   Photo : Dargaud

Chargement en cours