Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 13 avril 2018

Pouvez-vous imaginer une personne handicapée faire l'amour?

Publié le

La comédienne aux cheveux noirs bouclés sourit à l'animatrice.
L'auteure Véronique Marcotte présente un texte débordant d'humanité et qui porte sur son ami, le comédien Dave Richer.   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Même lorsque l'on croit être ouvert d'esprit, il arrive que l'on doit faire face à nos propres limites. C'est ce qui est arrivé à Véronique Marcotte, quand elle a vu l'humoriste et comédien Dave Richer, atteint de paralysie cérébrale, avec sa femme et leurs enfants. « Hein, ils ont fait des enfants? » Cette réaction l'a forcée à avoir une conversation avec elle-même, pour se défaire des préjugés qu'elle ne s'avouait même pas avoir. Son micro ouvert se transforme en véritable lettre d'amour aux personnes atteintes de paralysie cérébrale.

On pense qu’on est bien ouvert, mais on s’aventure sur un territoire vierge, qui plus est, un territoire vierge et miné. Moi, je me suis toujours targuée d’avoir un grand cœur et une inépuisable ouverture d’esprit. Donner 2 $ à Pépé au coin Ontario et De Lorimier ou passer la balayeuse pour éliminer des centaines de coccinelles au printemps dans le chalet en ayant l’impression de commettre un génocide et pleurer un peu ne fait pas de moi quelqu’un d’empathique dans toutes les situations. Aujourd’hui, je ne sais plus si je suis prête à confirmer qu’un handicapé, ça ne me fait pas peur.

Véronique Marcotte, écrivaine

Véronique Marcotte évoque le cas d'Annie-Kim Charest-Talbot, une jeune femme atteinte de paralysie cérébrale, qui s'est heurtée à de nombreux obstacles en tentant d'obtenir son diplôme d'études collégiales. Cette histoire illustre que les préjugés restent nombreux à défaire.

Refusée à un cours de théâtre en raison de son handicap?

Un texte de Claudie Simard Annie-Kim Charest-Talbot venait de s'inscrire à sa dernière session de cours au Cégep de Trois-Rivières lorsqu'elle a su qu'elle n'obtiendrait pas son diplôme en mai prochain. Un professeur lui aurait annoncé le 19 décembre qu'elle ne pourrait pas suivre le cours de théâtre lors de la prochaine session.

Chargement en cours