•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Club de lecture : émancipation sexuelle, enquête palpitante et névroses familiales

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Club de lecture : émancipation sexuelle, enquête palpitante et névroses familiales

Audio fil du lundi 29 janvier 2018
L'autrice Daphné B.

L'autrice Daphné B.

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« C'est l'histoire d'amour d'une femme pour elle-même, d'une femme qui se célèbre [...]. Il n'y a pas meilleure revanche contre le patriarcat que l'amour que l'on peut se porter à soi-même », croit l'auteure Daphné B. à la suite de la lecture du roman La marquise sort à cinq heures, de Frankétienne. L'historien Daniel Turcotte, quant à lui, s'est délecté du roman L'homme aux deux ombres, de Steven Price, une histoire d'enquête qui se déroule dans un Londres lugubre. Émilie Dubreuil a elle aussi apprécié sa lecture, Cette nuit, de Joachim Schnerf, qui explore les névroses familiales, mais toujours avec un brin d'humour.

1- L’homme aux deux ombres (Nouvelle fenêtre) (titre original : By Gaslight), Steven Price (traduit de l’anglais par Pierre Ménard), Alto, 15 janvier 2018

Résumé : « Londres, 1885. Une ombre menaçante plane comme un brouillard sur la ville : celle d’Edward Shade, génie du crime soupçonné d’être le maître d’œuvre des arnaques les plus crapuleuses du monde interlope. Or, personne n’a jamais vu l’insaisissable malfaiteur. Existe-t-il seulement?

Le légendaire détective William Pinkerton en est persuadé. Il a traversé l’Atlantique sur les traces de Shade et le recherche pour un forfait dont l’origine remonte à la guerre civile américaine. Il trouve un allié inattendu en Adam Foole, gentleman-cambrioleur qui traque aussi Shade au sujet du meurtre sordide de sa bien-aimée Charlotte, une voleuse de diamants sans scrupules dont on vient de repêcher la tête dans les eaux sombres de la Tamise. »

un dessin où deux visages forment une tête squelettique  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« L’homme aux deux ombres » (titre original : By Gaslight), Steven Price (Traduit de l’anglais par Pierre Ménard), Alto, 15 janvier 2018

Photo : Alto

C’est un livre extraordinaire, ça va vous meubler la semaine au grand complet.

Daniel Turcotte

2- La marquise sort à cinq heures (Nouvelle fenêtre), Frankétienne, Vents d’ailleurs, 22 janvier 2018

Résumé : « Un roman sur la place des femmes dans la société à travers une évocation poétique et symbolique de la pluralité de leurs rôles. L'auteur dénonce la misogynie ambiante et la supériorité supposée des hommes tout en saluant la force des femmes. »

« La marquise sort à cinq heures », Frankétienne, Vents d’ailleurs, 22 janvier 2018Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« La marquise sort à cinq heures », Frankétienne, Vents d’ailleurs, 22 janvier 2018

Photo : Vents d'ailleurs

La marquise est une féministe prosexe à la conquête de son plaisir, qui revendique son droit à la jouissance, son droit de choisir son partenaire sexuel librement. Le livre est ponctué de ses orgasmes décrits dans une langue colorée, pleine de métaphores.

Daphné B.

3- Cette nuit (Nouvelle fenêtre), Joachim Schnerf, Zulma, 8 janvier 2018

Résumé : « Au matin de Pessah, la Pâque juive, un vieil homme se remémore cette nuit si particulière que sa famille rejoue à huis clos et à guichet fermé chaque année – une comédie extravagante et drolatique dont elle a le secret.

Il y a Michelle, la cadette qui enrage pour un rien et terrorise tout son monde, à commencer par Patrick, le très émotif père de ses enfants. Il y a Denise, l’aînée trop discrète, et son mari Pinhas, qui bâtit des châteaux en Espagne et des palais au Maroc. Et bien sûr Salomon, le patriarche rescapé des camps, et son humour d’un genre très personnel qui lui vaut quelques revers et pas mal d’incompréhension.

Mais en ce matin de Pessah, pour la première fois, Salomon s’apprête à vivre cette nuit sans sa femme, sa douce et merveilleuse Sarah. »

Page couverture du livre avec des dessins de forme ovaleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Cette nuit », Joachim Schnerf, Zulma, 8 janvier 2018

Photo : Zulma

C'est une ode aux dysfonctions, aux névroses familiales.

Émilie Dubreuil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi