•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le micro ouvert de Christine Beaulieu : la racine de notre langue

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Le micro ouvert de Christine Beaulieu : la racine de notre langue

Audio fil du vendredi 26 janvier 2018
La blonde comédienne sourit au micro de l'émission

La comédienne Christine Beaulieu fait un plaidoyer pour un langage franc, loin des intonations empruntées du français international.

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

La comédienne et auteure Christine Beaulieu, qui a su étonner tout le monde avec la pièce J'aime Hydro, est tracassée par le réflexe qu'ont certains dramaturges à utiliser, au détriment du joual, un français international dans leurs pièces. Elle pousse encore plus loin la réflexion et préfère faire des ponts avec les langues autochtones. D'ailleurs, plusieurs noms des lieux canadiens sont issus de ces langues, tels que Shawinigan, Chibougamau, Canada et Québec.

Extrait de son micro ouvert

« On gère notre langue, les Québécois, sensiblement comme les Autochtones gèrent les leurs. Au point que j’ai l’impression que si j’apprenais l’innu, ou l’atikamekw, je parie que ma langue n’aurait pas trop de difficulté à trouver sa place. » - Christine Beaulieu

Références:

Sa page d'artiste
 (Nouvelle fenêtre)
La langue atikamekw dans une vidéo proposée par Christine Beaulieu

En complément :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi