•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

3 règles d’or pour bien choisir son déguisement d’Halloween, selon Kevin Lambert 

Audio fil du mercredi 25 octobre 2017
œil perçant, l'auteur est attentif à la conversation en cours

L'écrivain Kevin Lambert

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Ce n'est peut-être pas la meilleure idée d'aller vous déguiser en Gilbert Rozon ou en Michel Brûlé pour votre party des HEC », garantit Kevin Lambert. L'auteur de Tu aimeras ce que tu as tué nous a concocté de judicieux conseils pour bien choisir son déguisement d'Halloween, question d'être original, mais surtout, pour ne pas susciter les malaises durant toute la soirée. Il dédie d'ailleurs cette chronique aux deux nigauds qui se sont déguisés, en Alan Kurdi, le petit garçon retrouvé mort sur une plage en Turquie, à une soirée organisée chez lui. Voici donc ce qu'il propose :

1
Vous l’aurez compris : il faut éviter les costumes qui sont liés à des débats sociaux tendus et émotifs, à des scandales encore chauds, à des tragédies actuelles ou historiques. Petit hint pour les deux pas de génie dont je viens de parler : ce n’est peut-être pas la meilleure idée d’aller vous déguiser en Gilbert Rozon ou en Michel Brûlé pour votre party des HEC.
2
Essayez d’éviter les éternels déguisements communs, les costumes que l’on voit toutes les années depuis, au moins, l’invention de l’Halloween, genre : le bébé en pyjama, le joker de Heath Ledger, la femme de ménage, le masque de Frissons, le cowboy ou l’amérindien, ce dernier recoupant bien entendu mon premier point. D’ailleurs, tout autre costume qui caricature l’ensemble d’un groupe culturel ou d’une nationalité se classe dans la catégorie « malaise ». En gros, dites-vous que : si ça faisait scandale au Bye bye, ça ne fera peut-être pas fureur chez votre ami samedi soir.
3
Prenez garde, aussi, à l’effet replicant. Je veux parler du costume presque anonyme, constitué à partir de morceaux de votre propre garde-robe. C’est certes une possibilité séduisante pour ceux et celles qui aiment se déguiser autant que moi, mais vous risquez de passer la soirée à avoir honte de votre habillement à force de dire que non, vous ne faites pas matcher du jeans avec du jeans, d’habitude. Croyez-moi, j’ai eu la mauvaise idée de me déguiser en Michel Couillard il y a quelques années, et j’ai passé la soirée à expliquer que j’étais un personnage de Watatatow à des gens qui me répondaient qu’ils avaient le câble, eux, quand ils étaient jeunes.

- Kevin Lambert

Références:

Tu aimeras ce que tu as tué (Nouvelle fenêtre), Kevin Lambert, Héliotrope, mars 2017
Lancement Mœbius 155 (Nouvelle fenêtre) le 9 novembre 2017
Trop de bruit ou de mots pour rien? (Nouvelle fenêtre) 3e s. - séminaire du CRIST le 27 octobre 2017

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi