•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>La parabole du semeur</em> et les prédictions justes d'Octavia E. Butler

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

La parabole du semeur et les prédictions justes d'Octavia E. Butler

Deux couvertures de livres.

Les romans d’Octavia Estelle Butler « La parabole du semeur » et « La parabole des talents »

Photo : Au diable vauvert

Les facultés de prédiction d'Octavia E. Butler impressionnent Karoline Georges et Samuel Archibald, qui ont adoré l'univers dystopique de La parabole du semeur. Reine de l'afrofuturisme, l'écrivaine américaine a prédit dans ce roman postapocalyptique qui rappelle La route, de Cormac McCarthy, la déchéance américaine et la montée en puissance d'un président despote.

L’écrivaine afro-américaine de science-fiction Octavia Estelle Butler est née le 22 juin 1947 à Pasadena, en Californie. Elle devient célèbre en 1979 avec son roman Kindred, qui joue avec les notions de l’espace et du temps, et qui aborde de front des questions raciales.

Son livre, La parabole du semeur, est sélectionné pour le prix Nébula 1994 du meilleur roman, et sa suite, La parabole des talents, l’a remporté en 1999.

À lire : La parabole du semeur, Octavia Estelle Butler, Au diable vauvert, traduit de l’anglais par Philippe Rouard, le 9 novembre 2020

Résumé de l'éditeur : 2024. Le nouveau président des États-Unis provoque une crise sans précédent. Dérèglement social et climatique, épidémies, pauvreté, violences...

Dans ce décor postapocalyptique, la barbarie règne, les murs s'élèvent. La fille d'un pasteur noir atteinte d'hyperempathie entame la rédaction d'une bible d'espoir et d'humanité, Le Livre des Vivants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi