•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Les limites du mouvement transhumaniste, qui rejette la mort

Audio fil du jeudi 15 juin 2017
De nombreux militants transhumanistes pensent que l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies permettront un jour aux hommes de vivre de façon immortelle.

De nombreux militants transhumanistes pensent que l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies permettront un jour aux hommes de vivre de façon immortelle.

Photo : iStock

Si le rejet de la mort gagne de plus en plus la population à travers le mouvement transhumaniste, qui prône l'usage des sciences et des technologies pour améliorer les capacités mentales et physiques des êtres humains, la quête moderne de l'immortalité pose tout de même certains problèmes, disent les professeurs en philosophie Georges Leroux et Jocelyn Maclure. « L'espoir de ce transhumanisme, c'est un espoir matériel, déplore Georges Leroux. Dans le transhumanisme contemporain, il n'y a pas cette dimension métaphysique que l'immortalité pourrait être conquise si on acceptait tout simplement que notre être est autre chose que ce qu'il est en apparence. »

Références suggérées :
La révolution transhumaniste : comment la technomédecine et l'uberisation du monde vont bouleverser nos vies (Nouvelle fenêtre), Luc Ferry, Éditions Plon, 2016
Apologie de Socrate - Criton - Phédon (Nouvelle fenêtre), Platon, Éditions Gallimard
Lettre à Ménécée, Épicure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi