•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La montée de lait de Manal Drissi : l'allumeur

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

La montée de lait de Manal Drissi : l'allumeur

Manal Drissi.

Manal Drissi

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« En partageant 7 minutes et 12 secondes de l'atroce indignité qui l'aura vue partir, Joyce Echaquan a exposé une réalité souillée par la honte et un allumeur qui dormait s'a switch. » Pour sa montée de lait, Manal Drissi expose les parts d'ombres dans notre société en établissant un parallèle avec l'allumeur, le personnage présent dans le récit du Petit prince.

Un extrait du texte de Manal Drissi :

Mais l’injustice, et c’est bien là le drame, est comme le crépuscule, ce n’est pas un endroit, c’est un moment.

Dans cette même chambre d’hôpital où la vie de Joyce Echaquan, Atikamekw de Manawan, a été sacrifiée, combien de patients ont été bien traités, entendus, écoutés, combien ont eu le luxe pourtant élémentaire de la dignité?

Et alors c’est facile d’inspecter la chambre et de la juger suffisamment éclairée, facile de congédier deux soignantes en prétendant qu’elles apportent avec elles toutes nos parts d’ombre, facile d’insister sur le fait que c’est une malheureuse exception qu’il serait malvenu de monter en épingle.

La justice est la plus petite planète de toutes et Joyce Echaquan savait ce qui s’y passait dans l’ombre.

Joyce Echaquan a utilisé ses derniers moments pour allumer un réverbère qui a éclairé bien plus large que sa propre détresse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi