•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pièce <em>King Dave</em>, revisitée avec aplomb par Anglesh Major

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

La pièce King Dave, revisitée avec aplomb par Anglesh Major

Portrait du comédien.

Anglesh Major joue dans King Dave chez Duceppe.

Photo : Théâtre Jean-Duceppe

L'acteur québécois d'origine haïtienne Anglesh Major a été choisi pour interpréter le personnage principal de King Dave, l'œuvre créée par Alexandre Goyette, lorsque ce dernier a voulu la revisiter. « C'est un personnage qui a extrêmement peur un peu de tout, qui est tout le temps dans l'action », décrit Anglesh Major, qui, avec Alexandre Goyette, a adapté King Dave en y ajoutant du créole haïtien.

Résumé de King Dave :
Une rencontre improbable dans un party, un premier vol, une altercation dans un bar, un incendie dans un parc. Une peine d’amour, une trahison. En quelques jours, presque par accident, la vie de Dave bascule. Submergé par la peine, la colère et la peur, le jeune homme enchaîne les mauvaises décisions, se prend le bras dans l’engrenage de la violence et plonge dans une rapide descente aux enfers. Où se terminera sa chute?

En raison de la pandémie, la compagnie Duceppe, qui devait présenter la pièce mercredi soir, a préféré tout annuler. La reprise de la pièce sera annoncée prochainement.

Un extrait de King Dave
Après ça tu changes, man, c’est sûr. Sûr. Peur de prendre le bus, le métro, éviter des places, changer de trottoir quand tu vois deux personnes ou plus qui s’en viennent au loin, apprendre à marcher en regardant à terre, à pas fixer un gars dans les yeux plus que deux secondes parce que p’t’êt’ qu’y va t’sauter dans la face, pas capable de faire confiance aux policiers, trembler d’la minute que t’as l’impression que quelqu’un t’regarde croche, passer des soirées embarré dans ta chambre à avoir peur, te demander si t’es pas mieux d’aller vivre à Haïti même si t’as jamais mis les pieds là-bas. C’pas normal d’avoir tout l’temps peur. Fuck non, man! C’pas normal.

Mais y a un matin où j’me sus l’vé pis, dans l’miroir en arrière de ma porte de chambre, j’ai vu ça... une shape d’homme. Ça m’a sauté dans la face, man. Une shape d’homme!... Mais une attitude de kid, de fuckin’ pussy de merde?! Enough! Ces imbéciles-là pensent qu’y peuvent toute faire parce que tout l’monde ferment leur gueule. Enough : j’f’rai pus partie du monde. Dix gars qui m’sautent dessus!? Enough : j’vas sortir mon canif pis y en a au moins un dans l’tas que j’vas jack pis qui va se rappeler d’moi longtemps. Défense, that’s it. Quand quelqu’un va arriver pour me frapper : une bombe, man, une bombe. Shot, esquive, réplique, man. Tak! Tak dans les dents, man! Si y a personne pour me venger, moi j’vais le faire. Sûr que la peur est encore là. Mais moi j’vas devenir low profile à cause de ça? No fucking way! J’vaux plus que ça.

[…]

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi