•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Frédéric Beigbeder contre la tyrannie du rire

L'écrivain, réalisateur et animateur de télévision Frédéric Beigbeder.

L'écrivain, réalisateur et animateur de télévision Frédéric Beigbeder.

Photo : AFP/Getty Images / Francois Guillot

Dans L'homme qui pleure de rire, Frédéric Beigbeder met en scène pour une dernière fois son double Octave Parango. Pour conclure sa trilogie à propos des aliénations contemporaines, l'auteur se questionne sur le pouvoir des humoristes dans les médias. Rafaële Germain, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques et Claudia Larochelle ont apprécié leur lecture malgré quelques réserves.

Le livre raconte les heures qui ont précédé le renvoi d’Octave à la suite d’une chronique ratée à la radio. Cette histoire n’est pas sans rappeler celle de l’auteur qui s’était fait évincer de France Inter en novembre 2018.

Selon Rafaële Germain, Beigbeder est plus pertinent lorsqu’il fait preuve d'introspection que lorsqu’il critique la société :

Le problème avec ce livre, c’est que ça manque un peu de cohérence. Quand Frédéric Beigbeder se met à faire une tentative d’analyse sociale et politique, c’est intellectuellement très flou. C’est quelqu’un qui ne pense pas très bien quand il ne pense pas à lui.

Rafaële Germain

Claudia Larochelle admet « aimer quand Beigbeder l’énerve » et trouver un côté attendrissant à sa sincérité. Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques a apprécié être poussé à réfléchir et se positionner sur la dictature de l’humour dans la société, bien qu’il ne partage pas tout à fait l’opinion de l’auteur à ce sujet.

Résumé de l’éditeur :
Octave Parango a été concepteur-rédacteur dans les années 1990, model scout dans les années 2000. Le voici qui découvre dans les années 2010 un nouveau métier…

Après 99 francs sur la tyrannie de la publicité et Au secours pardon sur la marchandisation de la beauté féminine, ce nouveau roman satirique, hilarant et désespéré clôt la trilogie d’Octave Parango sur les aliénations contemporaines.

Tout est malheureusement vrai (et vécu) dans cette satire, hilarante et désespérée, des dérives de notre société de divertissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi