•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Une machine comme moi,</em> de Ian McEwan&nbsp;: d'amour et de circuits

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Une machine comme moi, de Ian McEwan : d'amour et de circuits

Une entreprise catalane a créé un robot sexuel nommé Samantha qui peut répondre à différents scénarios grâce à l'intelligence artificielle.

Une entreprise catalane a créé un robot sexuel nommé Samantha qui peut répondre à différents scénarios grâce à l'intelligence artificielle.

Photo : Reuters / Albert Gea

« C'est très cérébral, tout en étant sensible avec une grande humanité. [...] C'est du solide McEwan. » L'autrice Rafaële Germain a aimé le quinzième roman de Ian McEwan, Une machine comme moi. Cette uchronie propose une vision éclatée du passé dans un univers quasi semblable au nôtre, où l'intelligence artificielle est omniprésente. Malgré quelques bémols, Marc Coiteux et Luis Clavis ont également aimé ce récit hors norme d'un triangle amoureux entre un couple et un robot.

À lire : Une machine comme moi (Nouvelle fenêtre), Ian McEwan, une traduction de France Camus-Pichon, Gallimard, 9 janvier 2020 (13 janvier au Québec)

Résumé de l'éditeur : Londres, 1982. Dans un monde qui ressemble à s’y méprendre au nôtre, quelques détails dissonent : les Beatles sont toujours au complet, les Anglais ont perdu la guerre des Malouines et le chercheur Alan Turing est encore en vie.

Grâce à lui, les prouesses technologiques sont inouïes et les avancées scientifiques en matière d’intelligence artificielle, fulgurantes.

C’est ainsi que Charlie fait l’acquisition d’un « Adam », un androïde doté de l’intelligence artificielle la plus perfectionnée qui soit. Adam ressemble beaucoup à un humain, sait faire la conversation, écrit des poèmes et proclame son amour pour Miranda, la compagne de Charlie....

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi