•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Érotissimo avec Caroline Allard : Kink, une poésie sadique

Pascale St-Onge, attachée et agrippée par le cou, dans la pièce <i>Kink</i>.

Pascale St-Onge dans la pièce Kink

Photo : Marie-Noël Pilon

D'abord présentée au théâtre pour une première fois aux Écuries en 2016 et à l'Espace Libre en 2018, la pièce Kink renaît sous la forme d'un essai poétique. L'autrice et scénariste Caroline Allard revient sur cette proposition inusitée de Pascale St-Onge et Frédéric Sasseville-Painchaud.

Extrait de Kink, initiation poétique au BDSM (Nouvelle fenêtre), de Pascale St-Onge et Frédéric Sasseville-Painchaud

Je te regarde dans les yeux
Tu trembles
Docile et fidèle à l’odeur de ma culotte
Tu me suis dans les bois jusqu’à la ville
Tu pourras me manger seulement lorsque je te le dirai
Tu m’attacheras puisque je l’aurai voulu
Il ne sert à rien de courir
Je sais que mère-grand ne m’attend plus
Je sais que j’ai tout mon temps
Il n’y a plus personne à la ligne d’arrivée
Il n’y a plus de course
Plus de gagnant
Je n’ai plus peur de marcher dans les bois
Je suis le loup

Le livre est posé debout sur une banquette de cuirette gris métallique, avec une fenêtre donnant sur des édifices illuminés dans la nuit en arrière-plan.

Pascale St-Onge et Frédéric Sasseville-Painchaud invitent les lectrices et les lecteurs à les suivre dans leur découverte et leur appréciation du milieu BDSM.

Photo : Radio-Canada / Valérie Lessard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi