•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Nelly</em>&nbsp;: la complexité et les nombreux visages de Nelly Arcan

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Nelly : la complexité et les nombreux visages de Nelly Arcan

Audio fil du lundi 16 janvier 2017
Mylène Mackay dans le film « Nelly » d'Anne Émond

Mylène Mackay dans le film « Nelly » d'Anne Émond

Photo : Courtoisie du TIFF

« Je veux qu'on se la rappelle, parce que c'était quand même une grande écriture. [...] Je pense que Nelly Arcan, oui, c'est une vie tragique, mais c'est aussi un grand succès, des grands succès quand même incroyables. » À l'occasion de la sortie cette semaine du film Nelly, librement inspiré de la vie et de l'œuvre de Nelly Arcan, la réalisatrice Anne Émond explique les raisons qui l'ont poussée à consacrer son troisième film à la regrettée auteure québécoise.

« J’étais vraiment fascinée par ce personnage-là et quand elle est morte, j’ai pleuré comme si je perdais une amie », raconte-t-elle.

Je pense que son écriture faisait qu’on se sentait très proche d’elle, d’une certaine façon.

Anne Émond

Avec Nelly, Anne Émond a notamment voulu dépeindre la complexité de la personnalité de l'écrivaine québécoise, qui s'est suicidée en 2009 à l'âge de 36 ans.

« Je pense que, dans le film, on a choisi une approche qui est assez éclatée et qui la divise carrément en quatre femmes, en quatre facettes d’une même femme : on a l’artiste, on a la prostituée, on a l’amoureuse et on a le sex-symbol. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi