•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La musique classique, l’ancienne passion du chef végétalien Jean-Philippe Cyr

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

La musique classique, l’ancienne passion du chef végétalien Jean-Philippe Cyr

Audio fil du vendredi 4 octobre 2019
L'homme aux yeux pâles jette un coup d'oeil à l'animatrice.

Le chef végétalien Jean-Philippe Cyr présente un texte teinté d'humour qui explique son amour pour la musique classique.

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Dans une autre vie, le chef végétalien Jean-Philippe Cyr a étudié en chant classique à l'Université de Montréal et a participé à l'atelier d'opéra du Conservatoire de musique de Montréal. Il avoue toute son admiration pour la musique classique, avec quelques clins d'œil ironiques, dans son « Micro ouvert ».

La musique classique

Les gens me demandent souvent : « Jean-Philippe, aimes-tu la musique classique? » Moi, la musique classique, j’en mange, et c’est beaucoup plus facile à digérer que du tofu. La culture, ce n’est pas seulement pour les légumes. Je viens moi-même d’une famille de musiciens : ma grand-mère jouait de l’accordéon, ma mère du trombone, mon père de la guitare. Lui, il passait la moitié de son temps à s’accorder et l’autre moitié à jouer faux. J’ai même commencé à chanter l’an dernier; je pratique sous la douche... ça fait trois guitares que je brise. J’ai aussi essayé le cor français, et ça a porté fruit, mes voisins ont déménagé.

Personnellement, il y a deux choses qui me font pleurer : le violon et les oignons. Il n'y a rien qui me fasse plus pleurer que quelqu’un qui découpe un violon. Je me faisais même de l’argent de poche quand j’étais petit en jouant du violon : ma mère me donnait 5 $ pour que je pratique et mon père me donnait 10 $ pour que j’arrête.

Ça prend un génie pour composer de la musique classique. Mozart n’est pas seulement l’inventeur de la mozzarella. À l’âge de 8 ans, il avait déjà composé plus d’une cinquantaine d’œuvres. Moi, à 8 ans, je mettais encore mes souliers à l’envers. Durant sa vie, Mozart a composé des sonates, des concertos, des symphonies, des opéras; il a même fait une publicité pour Jean Coutu! Ne vous demandez pas pourquoi il est mort à 35 ans!

Schubert était le 12e d'une famille de 14 enfants, dont 5 seulement atteindront l'âge adulte. Si vous vous demandez encore si ça vaut la peine de faire vacciner vos enfants… Rossini a écrit l’air Di tanti palpiti en attendant un risotto dans un restaurant de Venise. Une chance qu’il n’avait pas pris la table d’hôte, il aurait composé un opéra!

C’est impressionnant un orchestre symphonique; il y a tellement de musiciens! Saviez-vous que si l'on empilait tous les musiciens de l’orchestre on aurait… plusieurs blessés?

L’orchestre se divise en trois familles d’instruments :

  • Les cordes : violon, alto, violoncelle et contrebasse... ukulele... pas certain pour le ukulele;
  • Les vents : appelés également « instruments dégoulinants »;
  • Et les percussions : la définition d’un percussionniste, c’est « quelqu’un qui a beaucoup d’amis musiciens ».

Il y a aussi le saxophone, qui fut inventé par une personne qui était tannée de se faire inviter à souper. Et que dire du violoncelle? C’est comme un violon, mais pour les gens qui n’ont pas de menton.

Apprécie-t-on réellement le talent des musiciens à sa juste valeur?

Dans le cadre d’une expérience sociologique, on a demandé au célèbre violoniste Joshua Bell de jouer dans le métro à l’heure de pointe. Il a amassé 3 $ et une pointe de pizza, et il y a 10 personnes qui se sont arrêtées pour l’écouter. Une personne l’a reconnu. C’était un de ses anciens élèves qui lui a demandé : « Est-ce que je peux ravoir mon argent? »

C’est certain que la musique classique peut paraître moins accessible que la musique populaire.

La musique classique, c’est comme du champagne, alors que la musique populaire, c’est plus comme du jus d’orange. Et quand on mélange le champagne et le jus d’orange, on obtient... de la musique de film.

Les gens se posent trop de questions concernant la musique classique : « Comment dois-je m’habiller pour aller voir un concert? Est-ce qu’il faut avoir les cheveux longs pour jouer de la harpe? Pourquoi les contrebassistes n’ont-ils jamais d’auto? » Pour l’habillement, je vous dirais qu’un petit tuxedo bien simple fera l’affaire. N’ayez pas peur, allez-y voir des concerts! Je suis même allé voir un ballet avec ma femme l’autre jour, et le bout où j’étais éveillé, c’était vraiment bon.

Au cas où vous ne seriez pas au courant, il y a toujours un entracte durant un concert. C’est pour permettre aux gens d’aller… prendre l’autobus. Il y en a qui disent que la musique classique, c’est pour les riches. Il y a de nombreux musiciens dans la salle, c’est la preuve que ce n’est pas seulement pour les riches. Il te semble que ça coûte cher quand même? Si tu penses que ça coûte cher d'aller voir un concert, essaie d’engager 80 musiciens pour venir jouer à ta fête. Le pire dans un concert, c’est celui qui arrive en retard et qui n’arrête pas de gigoter : le chef d’orchestre. Je ne suis même pas capable de manger avec des baguettes; lui, il dirige un orchestre avec ça.

À un moment donné, la dame à côté de moi m’a dit : « Regardez le violoniste, là, il a un Stradivarius. » J’ai dit : « Mon Dieu, j’espère qu’il va s’en sortir! » Bien, elle a ri de moi. Pour me venger, je suis allé m’asseoir en arrière d’elle et j'ai déballé des bonbons pendant 45 minutes en arrière de sa tête. Elle trouvait ça pas mal moins drôle.

Référence

Mes grands classiques véganes, Jean-Philippe Cyr, Éditions Cardinal (2019)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi