•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une heure avec l'historien et écrivain Ivan Jablonka

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Une heure avec l'historien et écrivain Ivan Jablonka

Audio fil du jeudi 3 octobre 2019
Il porte des lunettes.

L'auteur et historien français Ivan Jablonka

Photo : sur sa page Facebook

« La force inouïe du patriarcat, c'est qu'il finit par être confortable pour tout le monde, et l'on comprend qu'il faille une force tout aussi inouïe pour le remettre en question », écrit Ivan Jablonka dans son essai Des hommes justes. L'historien et écrivain français se qualifiant d'anti-machiste souhaite ébranler les fondements mêmes du patriarcat tout en proposant différentes manières de vivre ses masculinités.

La famille
Ivan Jablonka est né le 23 octobre 1973 à Paris. Il est le petit-fils de Juifs polonais morts massacrés à Auschwitz. Même s’il n’a pas connu ses grands-parents, il a vu chez son père un orphelin de la guerre, une vulnérabilité et une rage enfouie.

« J’ai senti cette tragédie dans ma chair comme l’air que l’on respire. J’avais l’impression d’être expulsé de mon enfance », dit-il. C’est en voulant comprendre le drame familial qu’il a entrepris des études en histoire et qu'il a développé cette volonté de devenir un « écrivain-enquêteur ».

Enquêteur social
Depuis 1996 et dans le cadre de sa maîtrise, Ivan Jablonka travaille sur le sujet des enfants. Il a publié en 2006 Ni père ni mère : une histoire des enfants abandonnés et en 2007 Enfants en exil. L’historien voulait démontrer à quel point l’État a failli à sa tâche de protéger la jeunesse française.

En 2016, il a publié Laëtitia, un livre-choc qui a remporté le prix Médicis. L’historien s’est penché sur le fait divers d'une jeune femme assassinée froidement par son copain pour dénoncer une situation plus globale sur la violence commise contre les femmes. « Ce fait divers n’est pas une anecdote, c’est un fait social, un fait d’histoire. Laëtitia a vécu des siècles, car son histoire raconte notre société », ajoute-t-il.

Réflexion sur la masculinité

Il faut réfléchir comment notre modernité s'est construite aux dépens des femmes. Une modernité bancale et par nature injuste, car elle exclut la moitié de la population.

Ivan Jablonka

Ses travaux sur la violence des hommes l’ont poussé à réfléchir à la racine de ce mal et de proposer des solutions dans son livre Des hommes justes : du patriarcat aux nouvelles masculinités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi