Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 18 septembre 2019

Avancer dans le chaos avec Ulysse, de James Joyce

Publié le

sa.
Nos collaborateurs relèvent le défi de lire Ulysse, de James Joyce   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Le temps file aussi vite que sur l'île de Calypso puisque nous sommes déjà à la moitié du temps alloué pour lire Ulysse, de James Joyce. Notre valeureux coach, Alain Farah, ainsi que nos collaborateurs Jean-François Chicoine, Pascale Montpetit et Jessica Barker reviennent sur les moments forts et parfois (souvent) douloureux de leur lecture de ce chef-d'œuvre de la littérature.

J’ai surmonté ma peur. C’est un exercice de survie. On ne peut pas imaginer à quel point c’est illisible, je dirais même ''illisable''.

Jean-François Chicoine

À l'instar du Dr Chicoine, les collaboratrices qui ont accepté de lire « l'illisible » nagent dans une mer agitée. Tel un phare dans la nuit, Alain Farah a trouvé les mots justes pour les rassurer. Voici un aperçu des échanges épistolaires entre tous nos collaborateurs :

Alain Farah – mercredi 21 août à 20 h 27

Je suis à votre disposition à tout moment. Hier, je ne sais pas qui m’a dit : « Tu prends ça vraiment au sérieux » J’espère!

Ma première suggestion est la suivante : on y va vraiment un chapitre à la fois, et on ne s’occupe pas des notes en bas de pages, sauf si vous avez du fun à le faire. Chaque chapitre est présenté à partir de la page 1237 de votre édition, vous pouvez lire ça avant de commencer le chapitre en bonne et due forme. Le chapitre 1 est assez simple : une gang de boys dans leur appart (une tour Martello, comme à Québec!), Mulligan niaise Dédalus, Haines l’Anglais squatte l’appart, la vieille dame vient porter le lait.

Jean-François Chicoine – vendredi 23 août à 19 h 05

Merci Alain pour les conseils, et pour la morve verte dans laquelle on plonge pas mal dans le chapitre trois... Suis à m’y noyer, ou presque.
C’est vraiment chouette d’être tous réunis sur la chose, c’est une autre expérience de lecture...

Réponse d’Alain (dimanche 25 août à 11 h 24)

Oui, Jean-François, le chapitre « Protée », c’est du boulot… On est sur la grève avec Dédalus, la mer-mère n’est pas loin, Joyce assume pour la première fois cette technique du monologue qui va revenir souvent. Belle occasion de se familiariser avec la musique, et aussi d’apprendre à laisser-aller. On ne comprend que des petits bouts, comme on ne voit jamais le ciel ou l’océan en entier!

Pascal Montpetit – vendredi 23 aout à 20 h 40

Dans la morve, toi? Moi c’est plutôt dans une marmelade opaque, c’est délicieux, je me bourre la face, vrai! Alain est un génie, il a désentravé ma lecture, hourra!

Réponse d’Alain (dimanche 25 août à 11 h 24)

Marmelade, oui! Et quand vous passez les trois premiers chapitres, quand vous vous plongez dans le monde de Bloom, il y a de la confiture, des rognons, et tout le tralala!

Jessica Barker – vendredi 23 août à 22 h 08

Bonsoir, salle de bain, hôtel, Boston. Je me suis installée ici puisque les enfants dorment... Mon mari est sur son ordi, Netflix. J’ai besoin de lumière, alors une chaise dans la douche semblait la bonne stratégie. Je découvre le livre, deux chapitres plus tard ni morve ni marmelade, mais un certain bien-être et une grande curiosité. À suivre...

Réponse d’Alain (dimanche 25 août à 11 h 24)
Jessica est en avance sur Bloom, lui aussi sera dans la toilette à la fin du chapitre 4, quand il lira les journaux en déféquant, et trouvera que c’est de la merde qui s’écrit (ça ne change pas). La clef c’est précisément ça : être zen, ne pas se laisser aspirer par la folie des références, juste passer dans toute cette matière comme on le fait à travers une très longue journée.

Pascale Montpetit – dimanche 25 août à 12 h 06

Eh bien moi je suis dans le stobhach Gaelach jusqu’au cou : je caracole en avant dans les chapitres ultérieurs, sachant que je vais manquer de temps pour garder le rythme! Ça enivre et même ça soûle! Mais comme dirait Baudelaire… enivrez-vous! Je vais essayer de boire de la Guinness en lisant, peut-être que ça va apporter d'autres perspectives haha! … et je brasse la sauce à spaghetti et étiquette les fournitures scolaires, le livre à la main! Multi tâches!

//

Nous vous invitons à participer vous aussi et à nous faire part de votre expérience. Vous pouvez nous écrire à l’adresse plusonlit@radio-canada.ca ou encore nous laisser un message sur notre boîte vocale au 514 597-4831. Nos collaborateurs lisent la version de l'ouvrage publiée en 2013 aux éditions Gallimard.

Chargement en cours