•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Club de lecture : violences abjectes, ennui mortel et psychanalyste désabusé

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Club de lecture : violences abjectes, ennui mortel et psychanalyste désabusé

Audio fil du lundi 9 septembre 2019
Trois couvertures de livres.

Les trois livres du club de lecture.

Photo : Flammarion/La peuplade/Marchand de feuilles

Les livres discutés au club de lecture sont loin d'être des lectures légères. Anne-Marie Cadieux, Geneviève Guérard et Marc Coiteux proposent trois romans qui sauront, à leur façon, marquer votre esprit.

Agathe (Nouvelle fenêtre), Anne Cathrine Bomann, traduit du danois par Inès Jorgensen, La Peuplade, 27 août 2019
Résumé de l'éditeur : Soixante-douze ans passés, un demi-siècle de pratique et huit cents entretiens restants avant la fermeture de son cabinet : voilà ce qu’il subsiste du parcours d’un psychanalyste en fin de carrière. Or, l’arrivée imprévue d’une ultime patiente, Agathe Zimmermann, une Allemande à l’odeur de pomme, renverse tout. Fragile et transparente comme du verre, elle a perdu l’envie de vivre. Agathe, c’est l’histoire d’un petit miracle, la rencontre de deux êtres vides qui se remplissent à nouveau. 

Je n’ai pas à critiquer le sujet, mais ça m’a laissé un goût étrange en bouche.

Geneviève Guérard


Une partie de badminton (Nouvelle fenêtre), Olivier Adam, Flammarion, 10 septembre 2019
Résumé de l'éditeur : Après une parenthèse parisienne qui n’a pas tenu ses promesses, Paul Lerner, dont les derniers livres se sont peu vendus, revient piteusement en Bretagne, où il accepte un poste de journaliste pour l’hebdomadaire local. Mais les ennuis ne tardent pas à le rattraper. 

Très bon roman qui nous happe comme dans un polar.

Anne-Marie Cadieux


Petite femme montagne (Nouvelle fenêtre), Terese Marie Mailhot, traduit par Annie Pronovost, Marchand de feuilles, 12 août 2019
Résumé de l'éditeur : Terese Marie Mailhot illumine avec finesse son enfance dans une maison infestée de coccinelles sur la réserve de Seabird Island. Son père, un artiste qu’a rencontré sa mère alors qu’il était en prison, est décédé dans une chambre de motel après une altercation avec un ami. Elle montre comment, pour quelqu’un qui a vécu la faim, l’abus et les familles déchirées, le simple confort de la vie domestique peut ressembler au paradis.

Il y a beaucoup de violence, beaucoup d’amertume, mais c’est en même temps très beau.

Marc Coiteux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi