•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poème touchant de Jean-Christophe Réhel pour Safia Nolin

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Le poème touchant de Jean-Christophe Réhel pour Safia Nolin

Audio fil du mercredi 4 septembre 2019
Il sourit au micro.

Le poète et romancier Jean-Christophe Réhel

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Le 13 août, Safia Nolin provoquait une réaction sismique sur les réseaux sociaux avec son clip Lesbian Break-Up Song. Elle y apparaît complètement nue, aux côtés de femmes aux corps de tout acabit, ce qui n'a pas manqué de choquer certains de ses détracteurs. Le poète et romancier Jean-Christophe Réhel, touché par la grâce de la chanteuse, lui dédie un poème tout en sensibilité.

Lettre poétique à Safia Nolin :

J’entends une porte claquer
Je ne vois personne
C’est peut-être dans ma tête
C’est peut-être le manque de compassion
C’est peut-être les réseaux sociaux
J’entends une porte claquer
Je m’achète du linge de plein air
Je ne suis pas plus en forme
C’est l’enfer

Ma bedaine de côté
Ma bedaine dans le miroir d’à côté
Être tout nu dans un champ j’sais pas
J’entends une porte claquer
C’est Safia Nolin
Elle me donne des trucs pour être à l’aise avec mon corps
Je l’écoute, mais ça me sort par l’autre oreille
Je lis les commentaires haineux sur Facebook Twitter
Pas facile

On est mieux
De brûler tous les tweets
Tous les livres avec des faces
On est mieux
De ne laisser aucune trace
Pour préserver la santé mentale des générations à venir
Repartir à zéro
Avec les grottes
Les feux de camp
Ne pas dépasser l’invention de la roue
C’est sûr que tout a commencé à déraper à cause des roues
C’est sûr qu’à cette époque
Je serais mort en moins d’une journée

Pas d’électricité
Pas de talent de chasseur ni de cueilleur
Pas habile de mes mains pour deux cennes
Ma blonde avec le bébé dans la grotte m’aurait regardé genre :
Ayoye on est dans la marde
J’aurais juste écrit des poèmes toute la journée
J’aurais publié des faces funny de notre bébé sur Instagram dans la grotte
J’aurais pris des photos de mes chums chasseurs
Je me serais tagué avec un mammouth mort
J’aurais fait semblant que c’est moi qui l’ai tué
Sous la photo j’aurais écrit : « Do or Die »
J’aurais eu au moins 200 likes

J’entends une porte claquer
Je suis dans mon bain
Les gars de Calvin Klein me jugent dans mon bain
Je ne partage pas ça sur les réseaux sociaux
Mon fil de balayeuse brisé
L’autobus que j’ai raté
L’anniversaire de mon père que j’ai oublié
Je ne partage pas ça
Je suis en mode avion 24 heures par jour
Je suis en mode avion depuis mon secondaire 2
J’entends une porte claquer
C’est épuisant

Il y a des jugements à chaque coin de rue
Des jugements sur nos corps
Et notre linge
Et nos rêves et nos amours
Encore une porte fermée
Encore toute la mauvaise foi du monde
Qui sont ces gens?
D’où viennent-ils?
Ils n’ont pas inventé les poignées de porte
Ils n’ont pas inventé la compassion

Est-ce que c’est possible d’organiser
Un souper spaghetti avec tous ces gens?
On pourrait mettre un PowerPoint au fond de la salle
Avec des vidéos de chats qui disent en langage de chat :
Respect savoir-vivre
Aimez-vous les uns les autres
Ne pas insulter
Ne pas blesser
Ne pas faire de menace de mort
Peut-être qu’ils comprendront
Peut-être qu’avec des chats qui parlent ils comprendront
Peut-être qu’on retrouvera leurs cœurs des siècles plus tard
En déterrant leurs messages sur Twitter

J’entends une porte claquer
C’est une femme
Et tout le monde est fâché
Une femme qui a du succès c’est révoltant
Une femme qui fait de l’argent avec une guitare c’est quoi son problème
Une femme toute nue dans un champ c’est menaçant
C’est dangereux
Une femme
Qui parle trop
Qui ne parle pas comme tout le monde
Qui ne pense pas comme tout le monde
C’est dérangeant
Comme une porte qui claque
Comme une réponse sur Twitter
Comme une bedaine dans le miroir
Est-ce qu’on peut couper le wi-fi s’il vous plaît?
Est-ce qu’on peut couper le wi-fi s’il vous plaît?

J’entends une porte s’ouvrir
C’est Safia Nolin qui rit dans mon divan
Est-ce qu’on peut encore jouer de la guitare?
Est-ce qu’on peut encore s’aimer?
S’aimer dans une chemise trouée
S’aimer toute la gang dans un champ
S’aimer à travers une porte
S’aimer tout seul
Ensemble
À travers nos portes.

Au moment de présenter son clip, Safia Nolin écrivait :

« Eh oui, je suis toute nue dans mon clip.
On voit mes seins, mes fesses, mon pubis, mon poil.
On voit les seins, les fesses, le pubis et le poil d’autres femmes.
On voit des corps humains.
Ce ne sont pas des corps qui sont là pour être jugés, ou pour être désirables.
Ce sont des corps qui sont là pour exister, c’est tout.

Je voudrais que vous regardiez ce clip en vous disant que ce clip est une image de ce que c’est pour moi la sororité. Je voudrais que vous le regardiez en portant un œil humain et non critique. Ne laissez pas vos mécanismes gagner, regardez mon/nos corps et essayez de les imaginer d’une façon neutre, avec comme fonction d’exister. Respirer, manger, pleurer, pisser, mettre au monde (OU PAS), allaiter (OU PAS), sourire, rire, aimer. Trouvez la beauté là-dedans parce qu’il y en a une chiée, je vous le jure. »

Le vidéoclip Lesbian Break-Up Song :

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi