•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Fais ta guerre, fais ta joie, de Robert Lalonde : hymne à la création

Audio fil du mardi 3 septembre 2019
Robert Lalonde souriant dans un studio de radio.

L'acteur Robert Lalonde.

Photo : Radio-Canada / Thomas Lafontaine

« Je ne peux pas nier l'héritage qu'il m'a donné et qui fait de moi l'artiste que je suis. » Robert Lalonde rend hommage à son père, à qui il voue un amour immense. L'auteur et comédien peuple de ses souvenirs d'enfance son dernier roman, Fais ta guerre, fais ta joie. Des souvenirs comme celui où il contemplait avec curiosité et émerveillement son père peindre ses toiles.

Fais ta guerre, fais ta joie (Nouvelle fenêtre), Robert Lalonde, Boréal, 4 septembre 2019
Résumé de l'éditeur : Un garçon au seuil de l’adolescence observe son père, peintre du dimanche, « peintraillon », comme il le dit de lui-même, jeter un bouquet de couleurs sur sa toile. Sous le regard émerveillé de l’enfant apparaît la feuillaison rouille d’un grand hêtre, celui-là même qu’il a aperçu l’autre jour à l’entrée de la grande baie, encerclé d’épinettes, une nuée de carouges tourbillonnant autour de son faîte. Mais pourquoi diable le hêtre qu’a peint son père lui semble-t-il plus conforme au souvenir qu’il a du bel arbre de la baie?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi