Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du jeudi 1 décembre 2016

Le paradoxe de la stupidité, ou quand le travail n’a plus de sens

Publié le

La couverture de l'ouvrage de Mats Alvesson et André Spicer
La couverture de l'ouvrage de Mats Alvesson et André Spicer   Photo : Profile Books / Pearson

Un nombre effarant de travailleurs seraient complètement démotivés parce que leurs tâches sont ennuyantes et absurdes. C'est la situation que décortiquent les auteurs André Spicer et Mats Alvesson dans le livre The Stupidity Paradox, qu'ont lu l'économiste Ianik Marcil et la doctorante en finances Monia Mazigh. L'économie du savoir, qui promettait un monde du travail intellectuellement stimulant et hautement créatif, aurait magistralement échoué.

« Depuis les années 70, explique Monia Mazigh, nous croyons que le repositionnement du monde du travail occidental vers une économie du savoir nous permet de travailler moins et d’être plus heureux. Les auteurs de ce livre expliquent qu’au contraire, 45 % des étudiants universitaires se sentent moins intellectuellement compétents en terminant leurs études et se plaignent ensuite d’occuper des emplois dont les tâches n’ont pas de sens profond et dont ils ne comprennent pas les objectifs réels. »

Le monde du travail, sous des dehors faussement créatifs, notamment dans le milieu de la publicité, aurait donné naissance à des emplois dont les tâches sont hypercompartimentées et souvent très techniques. Rien de tout cela ne correspond aux aspirations des travailleurs.

Un livre insatisfaisant

« Le constat que font Spicer et Alvesson est très juste, dit Ianik Marcil. Mais l’essai nous laisse sur notre faim, car il ne propose pas de réelles solutions. Les auteurs hésitent à proposer une remise en question profonde des mécanismes capitalistes qui sous-tendent cette situation problématique du monde du travail. Ils proposent de petits réaménagements organisationnels qui sont à mon avis de simples pansements et qui ne remettent pas vraiment en question le système dans lequel le monde du travail se déploie. »

- The Stupidity Paradox: The Power and Pitfalls of Functional Stupidity at Work. Why Do Smart People Do Stupid Things at Work? Welcome to the Idea of Functional Stupidity, d'André Spicer et Mats Alvesson, Pearson, 2016

Chargement en cours