•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Bloody Mary&nbsp;: road movie pour Marilyn Monroe</em>, du poète Éric Brogniet

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Bloody Mary : road movie pour Marilyn Monroe, du poète Éric Brogniet

Audio fil du vendredi 29 mars 2019
La page couverture du recueil de poèmes.

Le recueil Bloody Mary : road movie pour Marilyn Monroe, du poète Éric Brogniet.

Photo : Le Taillis Pré

Jean-Paul Daoust rend hommage cette semaine au poète belge Éric Brogniet en lisant des extraits de son dernier recueil, Bloody Mary : road movie pour Marilyn Monroe.

Extrait du recueil :

Je vous salue, Bloody Mary
Du fond des journées mornes
Et des seringues assoiffées
Je vous salue Mary dans le sang
Qui met à votre ventre le soleil rouge
Des fausses couches et des avortements [...]

Je vous salue, ma sœur saccagée
Sous le couteau de l’absolu

Bloody Mary : road movie pour Marilyn Monroe (Nouvelle fenêtre), Éric Brogniet, Le Taillis Pré, 2019

Résumé de l'éditeur :

Éric Brogniet a commencé l’écriture de Bloody Mary en 2010, dans la continuité d’un livre précédent, Nos lèvres sont politiques, consacré à deux figures féminines emblématiques des années 1990 : Semira Adamu, la jeune ressortissante nigériane étouffée par des policiers belges dans l’avion qui devait la reconduire de Bruxelles à Lomé, au Togo, et Monica Lewinsky, stagiaire à la Maison Blanche sous la présidence de Bill Clinton. L’artiste liégeois Thierry Wesel, qui avait déjà dialogué avec les textes de Nos lèvres sont politiques, apporte encore une fois sa contribution à ce road movie poétique dénonçant toute l’ambiguïté d’un star system auquel nous alimentons nos imaginaires captifs de représentations sans transcendance et avides d’émotions, mais particulièrement apte à générer des bénéfices financiers colossaux et dont la femme est la victime équivoque. Le poète et le plasticien vous invitent à un voyage à travers l’Amérique des années 1960, matrice louche d’un nouveau paradigme culturel, à travers le destin emblématique de l’une de ses figures les plus tragiques : Marilyn Monroe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi