Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du lundi 11 mars 2019

La pièce Lignes de fuite : dans l'ombre de la fin du monde

Publié le

Elle observe avec intensité l'animatrice.
La comédienne et dramaturge Catherine Chabot   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Après le printemps érable, je me demandais ce qu'il restait de ce soulèvement politique, de cet engouement lyrique qui m'a prise au cœur. » La comédienne et dramaturge Catherine Chabot, à qui l'on doit Dans le champ amoureux, présente une nouvelle pièce, intitulée Lignes de fuite. Après avoir sondé des proches, tous des trentenaires, elle tente de comprendre le désenchantement et les angoisses de sa génération à la suite des évènements de 2012.

Résumé de la pièce :

Un souper entre ami.e.s s’est étiré. La fin de soirée donne lieu à une expérience théâtrale tout en saccages et en reconstructions. Les visions du monde se confrontent, s’effritent et se fortifient tour à tour. Les partis pris sont dévoilés au grand jour, les visions de l’avenir, de la maternité et de l’amitié sont brouillées à jamais.

Lignes de fuite nous convie à des retrouvailles entre ami.e.s du secondaire. Maniant l’hyperréalisme avec une extrême précision, l’autrice Catherine Chabot se penche sur les zones floues de nos affiliations gauche-droite et remet en question la posture que chacun occupe au sein d’un groupe. Résultat d’un travail de documentation fouillé tout au long du processus d’écriture, la pièce dresse un portrait incisif du Québec d’aujourd’hui, de ses penchants politiques et de l’idéal d’avenir prescrit par la société.

Nous devons inventer nos lignes de fuite si nous en sommes capables, et nous ne pouvons les inventer qu’en les traçant effectivement dans la vie.

Catherine Chabot

Chargement en cours