Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 29 janvier 2019

La face cachée du marché de l’art : des œuvres à prix astronomique

Publié le

Le tableau « Salvator Mundi », un portrait de Jésus de Léonard de Vinci, a été vendu aux enchères pour 450 millions de dollars américains le 15 novembre, à New York.
Le tableau « Salvator Mundi », un portrait de Jésus de Léonard de Vinci, a été vendu aux enchères pour 450 millions de dollars américains le 15 novembre, à New York.   Photo : Reuters / Courtoisie : Christie's

Vendue à plus de 90 millions de dollars américains, la toile Pool with Two Figures, du peintre britannique David Hockney, a créé l'émoi, fracassant tous les records de vente pour un artiste vivant. La valeur des toiles des maîtres comme Leonard de Vinci, Cézanne ou Picasso peut s'élever à de nombreux millions de dollars. Le critique d'art Nicolas Mavrikakis et le consultant en évaluation d'œuvres d'art Alain Lacoursière nous parlent de cette industrie ultra lucrative du haut de gamme, dépeinte dans l'ouvrage La face cachée du marché de l'art, de Georgina Adams.

La face cachée du marché de l’art, Georgina Adams, BeauxArts, 20 novembre 2018
Résumé de l’éditeur : L’ouvrage scrute les excès et les extravagances, que l’explosion du marché de l’art contemporain au 21e siècle a apportés dans son sillage.

L’achat d’art en tant qu’investissement, les tentations de faux et de fraude, l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et la pression pour produire de plus en plus d’art font partie de cette histoire, tout comme les bouleversements dans les maisons de ventes et son impact sur les transactions dans l’art.

S’appuyant sur une série d’entrevues ténues avec des artistes, des collectionneurs, des avocats, des banquiers et des contrefacteurs d’artistes condamnés, Georgina Adam dresse un tableau de la marchandisation vorace des artistes et des objets d’art et de la position de l’art dans les clandestins.

Exemple des tableaux les plus chers en dollars :

  • Salvator Mundi, de Leonard de Vinci, vaut 450 millions
  • Quand te maries-tu?, de Paul Gauguin, vaut 300 millions
  • Interchange, de Willem de Kooning, vaut 300 millions
  • Les joueurs de cartes, de Paul Cézanne, vaut 274 millions
  • Les femmes d'Alger, de Pablo Picasso, vaut 180 millions
  • Au Québec, la toile Vent du nord, de Jean-Paul Riopelle, vaut 7,5 millions

Chargement en cours