•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six livres à lire avant l'âge de 40 ans

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 20 h)

Six livres à lire avant l'âge de 40 ans

Audio fil du jeudi 24 janvier 2019
Ils sont devant un micro.

De gauche à droite, Yara El-Ghadban, Fanny Britt et Marc Beaupré

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Quarante ans est un âge où l'on peut se vautrer dans notre confort et dans nos privilèges liés à notre pouvoir économique qui augmente. Quand on lit ça, ça nous fouette, et ça nous rappelle qu'il existe [d'autres réalités]. » La lecture de l'essai Travail invisible a visiblement conscientisé et ébranlé Fanny Britt. En compagnie de Yara El-Ghadban et Marc Beaupré, elle propose d'autres livres à lire absolument avant l'âge de 40 ans.

Mrs Dalloway, (Nouvelle fenêtre) de Virginia Woolf, Folio classique, 1925
Résumé de l'éditeur : Le roman, publié en 1925, raconte la journée d'une femme élégante de Londres, en mêlant impressions présentes et souvenirs, personnages surgis du passé, comme un ancien amour, ou membres de sa famille et de son entourage. Ce grand monologue intérieur exprime la difficulté de relier soi et les autres, le présent et le passé, le langage et le silence, le mouvement et l'immobilité. La qualité la plus importante du livre est d'être un roman poétique, porté par la musique d'une phrase chantante et comme ailée. Les impressions y deviennent des aventures. 

Travail invisible (Nouvelle fenêtre), essai collectif sous la direction de Camille Robert et Louise Toupin, Remue-Ménage, 2018
Résumé de l'éditeur : Encore invisible, le travail des femmes? La question peut faire sourciller tant les féministes ont obtenu des gains sur ce front au cours des dernières décennies. Or, si les femmes ont massivement intégré le marché de l’emploi, le travail dit invisible, majoritairement effectué par celles-ci, n’a fait que croître et se complexifier. En plus du strict travail ménager, il se présente sous de multiples visages : la charge mentale de l’organisation familiale, le travail invisible d’intégration des femmes immigrantes, le travail des proches aidantes, celui des aides familiales venues d’ailleurs, des femmes autochtones et racisées, des étudiantes stagiaires, ou encore, des travailleuses du sexe.

Les anneaux de Saturne (Nouvelle fenêtre), W.G. Sebald, Actes Sud, 1995
Résumé de l'éditeur : Cet homme qui voyage à pied dans les paysages de la côte est de l'Angleterre traverse en vérité l'épaisseur des temps disparus. Il chemine dans le souvenir des oeuvres fantasques de Thomas Browne, commente la leçon d'anatomie immortalisée par Rembrandt, croise le destin de Joseph Conrad en route vers le Congo, se souvient d'un film sur la pêche au hareng, songe aux grandes batailles navales et à leur représentation picturale, réfléchit à la « purification » dans les Balkans au milieu du siècle, évoque Chateaubriand ou le poète Edward FitzGerald, et, quelques pages plus loin, revient à la fascinante histoire de la sériciculture en Chine puis en Europe. 

Fais confiance à la mer, elle te portera (Nouvelle fenêtre), Antonine Maillet, Leméac, 2010
Note de l'autrice : « L'écriture serait-elle une compensation pour les limites de mon existence? L'avant que je n'ai pas connu, l'après que je ne connaîtrai pas, les ailleurs que je n'aurai pas le temps de visiter, les êtres que je ne rencontrerai pas ou que j'aurais pu fréquenter s'ils avaient abouti à la vie, le temps qui finira par me trahir? Mais c'est là une compensation qui peut se tourner contre moi. L'appétit vient en mangeant. Plus je vois le temps se rétrécir, plus mes yeux s'agrandissent sur les infinis possibles à ma portée. C'est maintenant que je voudrais commencer à raconter. »

Les identités meurtrières (Nouvelle fenêtre), Amin Maalouf, Grasset, 1998
Note de l'auteur: « Depuis que j'ai quitté le Liban pour m'installer en France, que de fois m'a-t-on demandé, avec les meilleures intentions du monde, si je me sentais « plutôt français » ou « plutôt libanais ». Je réponds invariablement : « L'un et l'autre! » Non par quelque souci d'équilibre ou d'équité, mais parce qu'en répondant différemment, je mentirais. Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c'est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C'est cela mon identité? »

De l'inégalité parmi les sociétés : essai sur l'homme et l'environnement dans l’histoire (Nouvelle fenêtre), Jared Diamond, Gallimard, 2000
Résumé de l'éditeur : La question essentielle, pour la compréhension de l'état du monde contemporain, est celle de l'inégale répartition des richesses entre les sociétés : pourquoi une telle domination de l'Eurasie dans l'histoire? Pourquoi ne sont-ce pas les indigènes d'Amérique, les Africains et les aborigènes australiens qui ont décimé, asservi et exterminé les Européens et les Asiatiques?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi