Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 23 janvier 2019

Le registre de l'inquiétude : Bergman vu par sa fille

Publié le

Un cinéaste est assis sur sa chaise avec une lunette optique dans la main gauche.
Ingmar Bergman   Photo : Getty Images / BONNIERS HYLEN

« Ce n'est pas un livre sur son cinéma, mais sur l'homme. C'est sur le père, sur la vie », croit l'actrice Anne-Marie Cadieux qui a lu, tout comme Rafaël Ouellet, Le registre de l'inquiétude, le roman autobiographique de Linn Ullmann. Fille de la grande actrice Liv Ullmann et du cinéaste mythique Ingmar Bergman, elle dresse dans cet ouvrage bouleversant un portrait de son enfance, de la relation entre ses parents et de la vieillesse de son père.

Le registre de l’inquiétude, Linn Ullmann, Actes Sud, 27 novembre 2018
Résumé de l'éditeur : Père et fille parlaient de ce projet depuis des années : écrire ensemble un livre sur la vieillesse. Car vieillir, disait-il, c’est un labeur. Le fameux réalisateur avait des règles pour tout, en particulier pour la façon dont ils allaient passer du temps ensemble. Ils se retrouveraient exactement à la même heure tous les matins.

Ce serait planifié et contrôlé. Mais lorsqu’ils s’installent enfin avec le magnétophone, la vieillesse l’a déjà rattrapé et leurs conversations deviennent imprévisibles, saccadées. Sa mémoire est défaillante et il navigue entre plusieurs réalités.

Père et fille sont obligés de tenter quelque chose qu’ils n’ont jamais fait : improviser. De façon tout à fait inattendue, ces dernières conversations les mènent dans des territoires inconnus, à la fois lucides, oniriques, drôles et mélancoliques.
Avec gravité, tendresse et humour, Le registre de l’inquiétude dresse le portrait éclairé et sincère d’une enfant impatiente de grandir et de parents qui préfèrent rester des enfants.

C’est également l’histoire d’un vieil homme qui s’efforce de maîtriser son propre épilogue, car la vieillesse, tout comme la mort, doit se planifier avec sérieux et ambition, à l’instar de n’importe quel travail. Un texte lumineux sur l’oubli, le temps, le besoin d’amour et le deuil – et sur les nombreuses histoires, souvent contradictoires, que constitue une vie.

Chargement en cours