Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 16 janvier 2019

La chronique de Manal Drissi : tresses rastas, pois chiches et main de Fatima

Publié le

Elle sourit au micro.
La chroniqueuse Manal Drissi   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Nous sommes le 16 janvier et on cumule suffisamment de controverses pour passer tout l'hiver. » La chroniqueuse Manal Drissi fustige les gens qui alimentent sans nuances des polémiques dans le seul but de faire réagir. Elle explique également son malaise par rapport aux débats sur l'appropriation culturelle et à la chronique de Denise Bombardier portant sur le péril des Blancs.

Extrait de son monologue :

On fait qu’on fait quoi, quand, cynique face à l’immobilité de la cause raciale, un groupe a recours à l’exclusion ciblée pour dénoncer une discrimination imbriquée dans nos codes sociaux?

On fait quoi quand une publicité de rasoir sur la masculinité toxique mène à davantage de masculinité toxique dans le but de nier la masculinité toxique?

On fait quoi quand l’industrialisation des animaux a pris une ampleur telle qu’elle menace la santé des animaux, des humains et de la planète, mais qu’on est pognés en sandwich entre les ayatollahs de véganisme et les chroniqueurs qui craignent que le Grand Remplacement ne passe par un cheval de Troie rempli de pois chiches?

On fait quoi quand Denise Bombardier essaie de nous convaincre que les Québécois blancs francophones ont réussi l’exploit de devenir un peuple victime de ses minorités linguistiques et ethniques, et ce, tout en étant majoritaires dans toutes les instances décisionnelles et de pouvoir?

On fait quoi?

On retourne au dial-up, Marie-Louise. On ralentit, on réfléchit, on écoute, on attend, et on accorde enfin à Madame B. le titre d’humoriste.

Chargement en cours