Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 15 janvier 2019

Les sciences sociales sont-elles superflues et indispensables?

Publié le

La sculpture de Romulus et Remus qui se nourrissent aux mamelles de la louve.
Romulus et Remus sous la louve.   Photo : Getty Images

Plusieurs commentateurs et intellectuels américains, dont Michael T. Nietzel, ont constaté le déclin dans les universités de cette discipline qu'on appelle les humanités. L'histoire, la philosophie et la littérature sont-elles en train de dépérir au profit des matières plus techniques? Le doctorant en histoire ancienne Pierre-Luc Brisson tente de répondre à cette question à la lumière de la lecture de Superflu et indispensable : à quoi servent les Grecs et les Romains, un essai qui aborde ces préoccupations.

Superflu et indispensable : à quoi servent les Grecs et les Romains?, Maurizio Bettini, une traduction de l'italien par Pierre Vesperini, Flammarion, 2 octobre 2018 (août 2018 en France)
Résumé de l'éditeur : Tout le monde le sait : depuis des siècles, plus personne ne parle le latin ni le grec ancien. Alors, à quoi peuvent-ils encore nous être utiles?

Voilà bien, avance Maurizio Bettini, une question révélatrice de notre époque, obsédée par l’efficacité, infiltrée par l’idéal de rentabilité jusque dans le langage qu’elle adopte. Bien sûr, 99 % des élèves n’utiliseront pas les langues et les civilisations antiques de leur vie. Mais la culture doit-elle vraiment servir?

Toute notre perception du monde est irriguée par la culture antique. Cela étant, peut-être ne faut-il pas se borner à chercher nos « racines » chez les Grecs et les Romains. Peut-être l’intérêt réside-t-il, au contraire, dans nos différences. Leur souple polythéisme est ouvert à tous les dieux étrangers. La vaste famille romaine, où l’oncle maternel se doit d’être le confident de ses neveux, est loin de notre modèle nucléaire. Là où nous parlerions de gens « de couleur », les Romains parlent de gens decolor : « sans couleur ».

Un excellent ouvrage. Un cri du cœur qui doit être entendu.

Pierre-Luc Brisson

Le blogue Facebook de Pierre-Luc Brisson

Chargement en cours