•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Rattrapage du 22 janv. 2021 : Larry Tremblay, Calamine et Marie Fall

Rattrapage

  • Avec 30 pièces et une trentaine de livres, dont L'orangeraie, l'œuvre de l'écrivain et dramaturge Larry Tremblay est colossale. « Écrire, c'est une maladie, une obsession, c'est un besoin. C'est une façon de regarder le monde, de s'inscrire dans le monde et de se faire exister », affirme-t-il. Avant de répondre à la « liste de l'invité », Larry Tremblay raconte comment le roman L'orangeraie a été adapté sur le web par Chants Libres et le Nouvel Ensemble Moderne (NEM) à l'occasion de Prélude à l'opéra. L'opéra complet sera présenté en octobre 2021.

  • Michèle Nicole Provencher lit un extrait de son deuxième roman, Mario-Lemieux, bonjour. « J'ai créé un artiste et je lui ai cherché un nom », explique l'autrice à propos de ce sculpteur acadien qui se tient loin des patinoires de hockey. « Je me suis inspirée d'anecdotes qui venaient du milieu du travail, mais pas du tout du milieu de la culture; ce n'est pas juste dans le milieu de la culture que les gens sont fous! », raconte Michèle Nicole Provencher.

  • « Fatou est une femme sénégalaise à l'image de toutes les femmes », explique Marie Fall. Dans son « micro ouvert », elle rend hommage à toutes les femmes de son pays qui l'ont inspirée. « Le Sénégal a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui », affirme la professeure en coopération internationale, géographie et aménagement durable et responsable du Laboratoire d'études et de recherches appliquées sur l'Afrique au Département des sciences humaines et sociales à l'Université du Québec à Chicoutimi.

  • « Quand on perd un poète, c'est toujours comme une étoile qu'on allume », affirme Jean-Paul Daoust à propos de la mort, en décembre dernier, du poète Mario Cyr. « C'est un homme qui était assez pudique, plutôt secret, mais qui avait des yeux d'enfants, une belle lumière. [...] C'était quelqu'un qui voyait le miracle dans le quotidien », affirme notre poète en résidence avant de lire des extraits du recueil dans les soirs parfaits.

Vous aimerez aussi