•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Rattrapage du 23 oct. 2020 : Olivier Niquet, Kinkead et Mathieu K. Blais

Rattrapage

  • « La radio est un accident. Personne n'aurait pu deviner que je ferais ça dans la vie », révèle Olivier Niquet, coanimateur de La soirée est (encore) jeune, qui répond à la « liste de l'invité ». Après avoir obtenu sa maîtrise en urbanisme, Olivier Niquet s'est pourtant tracé un espace de choix dans le milieu des médias en soulignant de manière moqueuse les travers des personnalités qui parlent beaucoup et en exposant les fautes de français des collègues des médias. « Il faut en rire, c'est tout à fait normal de faire des lapsus », affirme Olivier Niquet. Il a réuni tout ce travail dans le livre Dans mon livre à moi, dont le deuxième tome vient de paraître. Émilie Bibeau et Olivier Morin en lisent des extraits.

  • Le duo Dan et Jenny a tout fracassé il y a deux semaines avec La chanson du bon vieux temps. Émilie Bibeau et Olivier Morin incarnent ce duo country bas de gamme qui, à la demande générale, reviendra régulièrement à l'émission. Les voici avec la pièce Urgence d'aimer. « Je pense qu'on vient d'assister à un moment d'anthologie », s'exclame notre poète en résidence Jean-Paul Daoust à la fin de cette prestation.

  • Après Tabloïd, en 2018, le poète Mathieu K. Blais, qui est également professeur de littérature au Cégep de Sherbrooke, publie Ornithologie, dans lequel il dévoile sa passion pour les oiseaux, « un certain goût, un mélange de fascination, d'obsession », qui va même « jusqu'à la curiosité scientifique ».

  • Candidat au doctorat en sociologie à l'Université de Montréal, Philippe Néméh-Nombré offre en conclusion de son « Micro ouvert » sa réflexion sur l'utilisation récente du « mot en n » et sur les débats qu'elle provoque. « Tout cela tient quand même à cette question du désir d'avoir besoin de le dire et de trouver insupportable le fait, l'idée même, qu'on ne puisse pas le dire », croit le futur sociologue qui trouve cette situation intéressante.

Vous aimerez aussi