•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Rattrapage du 25 sept. 2020 : Pascale Navarro, Waahli et Jean-Simon Leduc

Rattrapage

  • Pascale Navarro, l’autrice et journaliste qui s’ouvre à l’intimité

    La journaliste et autrice Pascale Navarro est née en banlieue parisienne en 1962. « Je suis tout sauf Française », confie-t-elle à Marie-Louise Arsenault. Dans La menthe et le cumin (Leméac, 2020), son sixième livre qui est beaucoup plus intime que ses précédents, elle raconte les souvenirs de sa famille par des plats significatifs. Les parents de Pascale Navarro sont nés au Maroc et ont des origines espagnoles et italiennes. « Vous ne pouvez jamais vraiment vous asseoir sur de vraies origines », affirme-t-elle. Pascale Navarro nous révèle sa « liste de l'invitée », où, sans surprise, la littérature occupe un espace de choix.

  • La musique de Waahli : le créole pour manier le rap

    Membre du groupe Nomadic Massive, Waahli (Ralph Joseph), est la vedette musicale de ce cabaret avec ses œuvres en solo. Né à Montréal de parents haïtiens, Waahli infuse ses chansons des musiques de ce pays des Caraïbes et parfois de rythmes colombiens. « Mon bagage est fait de beaucoup d'influences. À Montréal, les communautés ethniques nous influencent tous les jours », explique le chanteur et musicien qui rappe surtout en créole haïtien : « Le mélange, je trouve que ça coule bien, mais ce n'est pas toujours simple d'agencer des mots ensemble et de faire une phrase qui soit comprise par tous. »

  • Jean-Philippe Baril Guérard s’insurge contre le lynchage public

    Le romancier, dramaturge, acteur et metteur en scène Jean-Philippe Baril Guérard livre un « Micro ouvert » ironique et sarcastique dans lequel il donne son opinion sur le lynchage collectif de gens qui n'ont pas de réels pouvoirs. « Je trouve que tout a la même valeur. [...] Les vrais enjeux qui méritent qu'on s'y attarde se perdent dans le bruit », mentionne-t-il.

  • Jean-Paul Daoust : le poème de Joshua Whitehead

    Le numéro 180 de la revue Estuaire (paru en août) un texte de Joshua Whitehead. Ce poète et romancier bispirituel, membre oji-cri/nehiyaw de la Première Nation manitobaine de Peguis, est l'auteur du recueil de poésie Full-Metal Indigiqueer (Talonbooks, 2017) et du roman Jonny Appleseed (Mémoire d'encrier, 2019). « Ça montre toute la délicatesse de ce peuple. [...] Le corps est branché aussi sur l'âme et les esprits », déclare Jean-Paul Daoust au sujet du qualificatif « bispirituel ». Notre poète en résidence lit des extraits des poèmes de Joshua Whitehead, traduits par Karim Chagnon.

Vous aimerez aussi