•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Rattrapage du 18 sept. 2020 : Claudine Bourbonnais, Marie-Josée Lord et Tatiana Zinga Botao

Rattrapage

  • La journaliste et autrice Claudine Bourbonnais, éprise de littérature

    Marie-Louise Arsenault pose les questions de la liste de l'invitée à une collègue, la journaliste Claudine Bourbonnais, qui anime Le Téléjournal Midi la fin de semaine sur ICI Radio-Canada Télé et ICI RDI. Également autrice – son roman Métis Beach est paru en 2014 , Claudine Bourbonnais a participé à l'ouvrage collectif Ponts (Éditions Druide, 2020). Charmée par les sculptures murales de son nouveau voisin James Kennedy, un artiste visuel montréalais dont les œuvres voyagent partout dans le monde, l'écrivaine Chrystine Brouillet a proposé à 12 auteurs et autrices d'écrire une nouvelle sur le thème d'un pont, faisant écho aux œuvres de l'artiste. Claudine Bourbonnais évoque le pont de Brooklyn dans Piégée.

  • La voix pleine de grâce de Marie-Josée Lord

    Sur des musiques enregistrées par le pianiste Hugues Cloutier, la violoniste, pianiste et surtout soprano Marie-Josée Lord interprète des pièces tirées de My Fair Lady, de l'opéra Giuditta et des œuvres de Gershwin et de Francis Poulenc.

  • Tatiana Zinga Botao lit M’appelle Mohamed Ali, de Dieudonné Niangouna

    La comédienne Tatiana Zinga Botao fait la mise en lecture de M'appelle Mohamed Ali, un texte de l'auteur congolais Dieudonné Niangouna, au Théâtre de Quat'Sous les 24 et 25 septembre prochains. « C'est un auteur vraiment connu à Kinshasa, et à Bruxelles aussi », déclare-t-elle. Tatiana Zinga Botao l'a contacté pour obtenir les droits de ce texte, qui porte sur la vie du boxeur Mohamed Ali et dont elle lit un extrait au cabaret. « Aujourd'hui, surtout après la pandémie, tout ce qui s'est passé avec la brutalité policière et le racisme systémique, je pense que ce texte fait vraiment écho à ce qu'on traverse encore aujourd'hui », dit Tatiana Zinga Botao.

  • L’ode Fantômes urbains, de Jean-Paul Daoust

    Cette semaine, Jean-Paul Daoust s'est inspiré de l'actualité, du campement en bordure de la rue Notre-Dame à Montréal et de toutes les personnes itinérantes. Rappelons que cet été, plusieurs de ces sans-logis ont installé leur campement de fortune le long de la rue Notre-Dame. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, espère que ces gens partiront d'eux-mêmes et chercheront d'autres ressources pour se loger. « Je trouve que c'est une situation scandaleuse », affirme notre poète en résidence.

Vous aimerez aussi