•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Rattrapage du 18 août 2020 : mot interdit, liberté de presse et créativité

Rattrapage

  • « On ne combat pas une pandémie en laissant le peuple dans l'ignorance. Il faut une publicité de l'information publique honnête. » Le journaliste, essayiste, cofondateur et président de Médiapart, Edwy Plenel, publie un essai qui fouille les origines du principe de la liberté de presse. Il fonde ses recherches sur une phrase prononcée par Jean-Sylvain Bailly en pleine Révolution française : « La publicité [ce qui concerne le public] est la sauvegarde du peuple. »

  • Jacinthe Lalonde, une auditrice de Saint-Adolphe-d'Howard, nous écrit : « Depuis le début du confinement, comme plusieurs, je me retrouve avec plein de temps libre. Je vois des gens se lancer dans toutes sortes de projets créatifs, mais moi, je n'y arrive pas! Je ne suis pas du tout inspirée et je ne sais pas par où commencer. Est-ce que vous pouvez me conseiller des livres pour m'aider à débloquer ma créativité? » Thomas Hellman lui déniche quatre livres pour l'aider dans sa quête.

  • L'animatrice de CBC Wendy Mesley a été suspendue après avoir cité en réunion le titre du livre de Pierre Vallière Nègres blancs d'Amérique. Le même ouvrage a aussi été cité par une professeure de l'Université Concordia, Catherine Russell, qui est la cible d'une pétition qui appelle à sa destitution. Ce mot à la charge historique très profonde a créé son lot de controverses cet été. Est-ce que ça a été aussi le cas à toutes les autres époques? Comment son utilisation a-t-elle évolué? On fait appel à l'expertise de l'historien Donald Cuccioletta et du rappeur et conférencier Webster.

Vous aimerez aussi