•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Rattrapage du 21 févr. 2020 : Monic Néron, Sébastien René et Pascale Drevillon

Rattrapage

  • Monic Néron, la journaliste qui savoure le moment présent

    La journaliste et animatrice Monic Néron mène avec brio des enquêtes journalistiques. L'une d'elles fait l'objet de la série Le dernier soir, où elle jette un nouvel éclairage sur un double meurtre d'adolescents survenu en 1975 et jamais résolu. « C'est une émission dans laquelle on a mis deux ans de recherches », explique-t-elle, avant de nous présenter sa « liste de l'invitée ».

  • L’éloge de la lenteur, cette fausse nouvelle

    D'abord curieuse au sujet de la parentalité lente, un mouvement qui encourage les parents à décrocher du rythme effréné de la vie, Manal Drissi a fini par réaliser que ce concept n'est pas si merveilleux que ça.

  • Nous serons riches, de Fernando Arrabal

    Les comédiens Marie-Ève Trudel et Bruno Marcil interprètent quelques pages de Nous serons riches, un prologue au livre Sortir de sa mère, de l'Espagnol Fernando Arrabal. Le père de ce dramaturge installé en France dès les années 1950 a été tué sous le régime du général Franco. La production de Fernando Arrabal est foisonnante et comprend également des essais. Sa dramaturgie a été marquée par En attendant Godot, de Samuel Beckett.

  • Sébastien René dans la peau de Chelsea Manning

    Le comédien Sébastien René lit, avec Marie-Ève Trudel et Bruno Marcil, un extrait de la pièce Becoming Chelsea, de Sébastien Harrisson, qui s'est inspiré de Chelsea Manning, une ancienne analyste militaire de l'armée des États-Unis qui a été condamnée et incarcérée pour trahison.

  • La crise du logement, le cri du cœur de Pascale Drevillon

    Dans son « Micro ouvert », la comédienne Pascale Drevillon remet en question le flou moral des « rénovictions », dont elle est elle-même victime.

Vous aimerez aussi