Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault

Audio fil du vendredi 25 janvier 2019

  • Le musicien, derrière des lunettes dorées, sourit de bon coeur.

    L'imprévisible Pierre Kwenders

    Pierre Kwenders a quitté son emploi de fonctionnaire au gouvernement provincial québécois il y a quelques années pour se lancer dans la musique. Le chanteur a désormais deux albums en carrière, en plus d'être DJ au sein du collectif Moonshine. Il se confie à Marie-Louise Arsenault pour la « Liste de l'invité ». Voir la suite »

  • Il sourit à la caméra.

    Ce qui reste de l'amour, avec Michel Tremblay

    « Je lui ai donné pas mal tous mes défauts », raconte Michel Tremblay à propos de son personnage de Jean-Marc, apparu dans plusieurs pièces et romans de l'auteur et dramaturge. « C'est un personnage que j'ai voulu un peu plate », explique-t-il en rigolant. Ce personnage, que plusieurs considèrent comme représentant Michel Tremblay, est apparu pour la première fois dans sa pièce de théâtre Les anciennes odeurs, en 1981. Quatre extraits de celle-ci sont interprétés par les deux comédiens invités en studio, Benoît McGinnis et Gilles Renaud. Voir la suite »

  • L'auteure sourit à l'animatrice.

    La construction des mythes québécois, selon Annick Lefèbvre

    Dès sa première pièce, Annick Lefebvre s'est fait remarquer dans le milieu théâtral. À sa quatrième œuvre, J'accuse, c'est le succès public qui a accompagné des éloges de Michel Tremblay. Son théâtre est connu pour être tant intime que collectif, et tant dénonciateur que rédempteur. Elle présente en ce moment une nouvelle pièce, ColoniséEs, qui se veut une célébration de la culture québécoise, avec une pointe de provocation. Voir la suite »

  • L'application téléphonique Spotify

    L'économie du carnage de Spotify, selon Patrice Caron

    « Je hais Spotify », affirme avec aplomb Patrice Caron, de l'Association des musiques indépendantes du Québec. « Je n'ai jamais eu autant de misère à écouter de la bonne musique que sur Spotify », explique-t-il dans son « Micro ouvert ». Il aime découvrir de la nouvelle musique, mais le service d'écoute en continu est très limité pour s'aventurer et écouter des artistes qu'on n'aime pas déjà. Voir la suite »

RÉFÉRENCES :

La musique de Jérôme Minière

Sa page Bandcamp
Sa page Facebook
Son blogue Tumblr

Chargement en cours