•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Audio fil du mercredi 21 novembre 2018

Rattrapage

  • Salle de défoulement : quand frapper fait du bien

    Avez-vous déjà eu besoin de passer votre colère en frappant des objets? C'est maintenant possible grâce aux salles de défoulement. L'expérience est à la fois libératrice et légèrement troublante, selon nos deux écrivains sur le terrain. « Le magasinage d'objets à détruire, je l'ai trouvé crève-coeur », raconte en rigolant Sarah Berthiaume, vêtue en studio, comme son collègue Alain Farah, du même habit protecteur blanc qu'ils ont dû enfiler pour l'occasion.

  • Transmettre la beauté d’une génération à l’autre, avec Jean-Claude Poitras

    À ses débuts dans le Vieux-Montréal en 1972, le commerce de Jean-Claude Poitras était la seule boutique de mode du quartier, en face d'un immeuble délabré et barricadé. « C'était désastreux », se rappelle le célèbre couturier québécois. Il lance ce mois-ci son livre Quand la vie défile, qui porte sur l'histoire de la mode au Québec depuis les années 1950.

  • Raconter la guerre et en mourir

    La journaliste de guerre Marie Colvin a longtemps raconté, en conférence, qu'elle jouait sur la limite entre le courage et l'insouciance. Comme l'explique une nouvelle biographie, elle prenait des risques que d'autres collègues n'auraient pas pris, jusqu'à en perdre l'usage d'un œil au Sri Lanka en 2001. L'intrépide reportrice est morte à la suite d'un bombardement en Syrie en 2012 avec un collègue reporteur-photographe.

Vous aimerez aussi