•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Audio fil du mercredi 29 août 2018

Rattrapage

  • Je te porte sur mon front, le poème mélancolique de Steve Gagnon

    Poursuivant un travail entrepris avec son essai Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles, Steve Gagnon va au-delà du fait divers et prend une nouvelle insolite pour en faire de la poésie. Cette semaine, il s'est inspiré de la nouvelle « Une maman orque en deuil transporte son bébé mort depuis une semaine », un fait divers d'une tristesse abyssale.

  • Moi, ce que j'aime, c'est les monstres, la BD dont tout le monde parle

    « Un livre qui arrive de nulle part. Elle réinvente la façon de faire la BD. » L'auteur et illustrateur Jean-Paul Eid ne tarit pas d'éloges sur Emil Ferris, cette mère qui, lors de son quarantième anniversaire en 2001, contracte le virus du Nil qui la paralyse partiellement. Pendant sa réhabilitation, elle dessine sans cesse et finit par proposer une œuvre colossale de 800 pages : Moi, ce que j'aime, c'est les monstres, « un chef d'œuvre », selon François Lemay.

  • Thelma, Louise et Martine Delvaux

    « J'ai vu dans la suspension de cette [Ford] Thunderbird dans le Grand Canyon un message qui concernait mon avenir, ce qui m'attendait en tant que femme. » L'autrice et essayiste féministe Martine Delvaux revient sur une scène charnière du film réalisé par Ridley Scott Thelma et Louise, qu'elle a vu à l'âge de 21ans. Pour raconter sa propre vie, l'autrice de Les filles en série propose un nouveau roman qui passe par le prisme de ce film: Thelma, Louise & moi aux éditions Héliotrope.

  • Le monde vu par Martine Delvaux

    « Quand j'ai l'impression que tout va mal, ce qui me reste, c'est d'écrire. Ce qui me reste, c'est de fabriquer des choses avec des mots. On oublie la puissance de pouvoir créer. » Même si le monde brûle, l'autrice et essayiste Martine Delvaux trouve refuge dans les mots. Oscillant entre pessimisme et optimisme, elle répond à notre questionnaire « Le monde vu par ».

Vous aimerez aussi