•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Audio fil du vendredi 27 avril 2018

Audio fil

  • Sonia Vachon, un concentré d'émotion pure

    Adorée du public québécois, Sonia Vachon montera sur les planches pour jouer dans une des œuvres mythiques du répertoire théâtral québécois. Elle interprétera Rose Ouimet dans la version de Belles-soeurs soulignant le 50e anniversaire de la pièce. « Pour moi, raconte-t-elle, Rose, c'était Denise Filliatrault ou Pauline Martin. Des grandes femmes minces. Quand on m'a offert le rôle, je n'en revenais pas! » Avec sa générosité inépuisable, Sonia Vachon répond au questionnaire littéraire.

  • La violence invisible de la banlieue : l'écriture virtuose de Maryse Andraos

    « La banlieue apparaît comme très tranquille, très lisse. Contrairement à la ville, où la violence est directe, en banlieue, tout est caché », constate Maryse Andraos, lauréate du Prix de la nouvelle de Radio-Canada. L'auteure, qui a grandi à Saint-Bruno-de-Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal, campe sa nouvelle Sans refuge dans cet espace limite. Yara, une jeune adolescente, subit une oppression qui reste dissimulée derrière des apparences de normalité.

  • La fissure, ou quand la vie quotidienne dérape

    « - Pourquoi il fait noir de même? -  J'ai fermé les lumières. - Pourquoi? - Pour qu'il fasse noir. » Le dialogue aux limites de l'absurde qui se joue entre Fred et Françoise laisse présager un dérapage qui forcera le couple à confronter un profond malaise dans lequel il baignait inconsciemment. On doit ce texte, intitulé La fissure, à la dramaturge Amélie Dallaire. Il sera lu pour la première fois lors du 17e Festival du Jamais Lu, le 8 mai 2018.

  • Être un sujet sexuel à Laval-des-Rapides : le micro ouvert de Sara Hébert

    « Cher journal, je me suis donné le défi d'être un sujet sexuel plutôt qu'un objet [sexuel] et, dans le contexte de ma nouvelle vie de célibataire, cela veut surtout dire écouter mes besoins, reconnaître mon désir et agir en conséquence. » Dans son micro ouvert, Sara Hébert raconte sa démarche féministe pour assumer pleinement sa posture de sujet de son propre désir. Ses premières tentatives concernent une serveuse dénommée Salopette, un littéraire en couple ouvert, des bières Clamato et un bar de motards à Laval-des-Rapides.

  • La pression artérielle des trous noirs, un poème de Jean-Christophe Réhel

    « Je mesure la pression artérielle du soleil. Et sa pression est normale et fuck off je mange du A&W. » Pour le poète Jean-Christophe Réhel, atteint de la fibrose kystique, le corps devient une obsession obligée. En compagnie de son admirateur Jean-Paul Daoust, il lit un extrait de son plus récent poème La pression artérielle des trous noirs.

Vous aimerez aussi