•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au samedi à 1 h et le samedi à 19 h)

Audio fil du vendredi 30 mars 2018

Rattrapage

  • Dans la tête de l'intense et insatiable Christian Bégin

    Sa devise? « Encore! » Le comédien et animateur Christian Bégin ne se satisfait jamais du médiocre et de l'ordinaire, se nourrissant incessamment de plaisirs charnels et intellectuels. Répondant au questionnaire « La liste de l'invité », il évoque son amour pour l'écriture de Romain Gary et dit vénérer l'auteure Fanny Britt et le comédien Benoît McGinnis. Des choix bien avisés!

  • Le discours anti-armes d'Emma Gonzalez : une colère tragique et percutante

    Elle a 17 ans, elle se tient droite et fière, et elle livre des discours anti-armes qui font vibrer l'Amérique. Emma Gonzalez, qui a perdu des proches lors de la fusillade de Parkland, est devenue le symbole ardent d'une jeunesse américaine révoltée. Francis Ducharme et Émilie Bibeau réinterprètent en français les mots puissants de cette Antigone des temps modernes.

  • Stéphane Crête immergé dans la révolte adolescente

    « As-tu entendu le bruit? Ce sont mes illusions qui tombent, mes os qui se cassent. » Les mots de la jeune Fabienne Pilon, 17 ans, résonnent au cabaret, interprétés par le comédien Stéphane Crête. À l'occasion du spectacle Le Scriptarium 2018, du Théâtre Le Clou, le créateur se nourrit des écritures d'adolescents révoltés et lucides. La relève est prometteuse.

  • Un plaidoyer pour le droit à la singularité, par Rachida Azdouz et Brassens

    Recourant aux mots du légendaire Georges Brassens dans sa chanson Le pluriel, l'essayiste et professeure Rachida Azdouz prône un monde dans lequel chacun devrait se permettre d'être aussi singulier qu'il le désire, parce que le conformisme du groupe nous affadit. « Sitôt qu'on est plus de quatre on est une bande de cons », chantait Brassens. Les invités du cabaret joignent leurs voix à la sienne.

  • Un cadeau poétique de Jean-Paul Daoust : Un herbier de Montréal

    Ode à la nature et à une ville qui, malgré son urbanité assumée, aime se parer d'arbres, de fleurs et de grands espaces verts, le recueil Un herbier de Montréal rassemble des poèmes de 16 auteurs montréalais qui posent sur leur ville un regard inusité. Jean-Paul Daoust offre des extraits des poèmes d'André Roy, de Christine Germain, d'Élise Turcotte et de Nicole Brossard.

Vous aimerez aussi