•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Audio fil du mardi 6 mars 2018

Rattrapage

  • La pièce Chienne(s) : traquée par l'angoisse

    « Même dans la socialisation des enfants, on va permettre aux filles de se retirer du danger alors que l'on va inciter les garçons à affronter les peurs. » La comédienne et dramaturge Marie-Ève Milot lit un extrait de la pièce qu'elle cosigne avec Marie-Claude Saint-Laurent, Chienne(s), présentée au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui. La militante féministe explore le rapport des femmes à l'angoisse et au stress, et la pression de se médicamenter à tout prix.

  • Moi : René Homier-Roy à livre ouvert

    « Il fallait gratter mon âme, tasser les pavés, trouver des bibittes que l'on ne veut plus voir. Ça nous force à refaire des deuils, à régler des problèmes. » L'animateur de Culture club, René Homier-Roy, se dévoile dans son autobiographie intitulée sobrement, Moi, publié à Léméac. L'homme qui se veut « discret, très secret » s'est laissé convaincre par le journaliste Marc-André Lussier, qui agit comme coauteur, de revenir sur les grands et moins glorieux moments de sa vie.

  • Les sorcières de Salem, histoire de paranoïa collective

    « La grande force du livre, c'est qu'il nous demande d'ébranler nos propres certitudes. Il nous invite à nous rendre compte que nous pouvons être les sorcières et les chasseurs. » Le chanteur et chroniqueur Thomas Hellman nous propose une lecture essentielle, Les sorcières de Salem, d'Arthur Miller. Ce dernier explore les dérives du maccarthysme (la chausse aux communistes et aux boucs émissaires) et les hystéries collectives, des thèmes récurrents à l'ère de Trump, du mouvement #MeToo et d'Internet, selon Thomas Hellman.

Vous aimerez aussi