•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Audio fil du vendredi 2 mars 2018

Rattrapage

  • Emmanuel Schwartz : rager contre la lumière qui s'éteint

    De retour à l'écran dans la websérie Écrivain public, Emmanuel Schwartz continue de combiner des démarches artistiques décloisonnées, du jeu à la danse contemporaine en passant par l'écriture. Il répond avec sensibilité au questionnaire « La liste de l'invité », où l'on apprend qu'il se passionne pour le rap, et que « tu as de la neige sur l'épaule » est sa phrase d'accroche de prédilection pour séduire.

  • « Fais moi signe je t’aime déjà!! » : florilège du « Métro Flirt »

    « Un moment donné faut se dire les vraies affaires » : la rubrique Métro Flirt est un délectable plaisir coupable. Des voyageurs des transports en commun y écrivent des messages destinés à quelqu'un qu'ils ont remarqué, souvent dans le but de retrouver celui ou celle avec qui il y a eu une connexion manquée. Nos comédiens invités, David Savard et Émilie Bibeau, en lisent une sélection.

  • Gabriel Marcoux-Chabot : imaginer le français comme on l'écrira dans 150 ans

    « Adit tsais, Marielle, vivre salaisse des traces, mai la mémoire safond comme la glace. » C'est dans un français ramené à une oralité presque pure que l'auteur et professeur de littérature Gabriel Marcoux-Chabot a écrit sa nouvelle Blocmémoire. Il s'agit du point de départ de son prochain roman d'anticipation, qui se situe au Lac-Saint-Jean dans un futur plus ou moins lointain.

  • Les livres que LeLouis Courchesne n'écrira pas

    Louis Courchesne, alias LeLouis Courchesne – le préfixe est apparu parce que le même nom figurait déjà dans le bottin de l'Union des artistes –, sévit d'abord et avant tout comme humoriste. Pour ce micro ouvert, le diplômé de l'École nationale de l'humour s'imagine une carrière de grand écrivain. Il énumère les livres qu'il n'écrira jamais et qui, heureusement, ne seront jamais publiés.

  • Pierre Morency : trouver la sérénité dans la poésie et la nature

    « Le serein qui tombe le soir » est une expression que Pierre Morency affectionne particulièrement. Il s'agit de ce moment de sérénité qui, tout d'un coup, enveloppe la nature et les êtres; moment que le poète cherche à atteindre par l'écriture. Son nouveau recueil, Grand fanal, célèbre le vivant sous toutes ses formes, avec la délicatesse et la sagesse de celui qui a vécu. De sa voix grave, il en lit quelques extraits, accompagné par son confrère poète Jean-Paul Daoust.

Vous aimerez aussi